Gouvernement du Nouveau-Brunswick

Direction de l'égalité des femmes
Vous recevez ce bulletin parce que vous êtes inscrite.
Vous n’êtes plus intéressée? Se désabonner
  Abonnez-vous au bulletin Women Femmes NB

Newsletter Banner-F

 

WOMEN FEMMES NB

 

 

DANS CE NUMÉRO :

Article en vedette :
Femmes en situation de handicap et femmes Sourdes dans campus au Canada   


Avis  

Le saviez-vous ?

Actualités :
    - Lancement de nouvelles ressources concernant la Charte canadienne des droits des victimes
    - Amélioration des services offerts aux personnes transgenres
    - Lutter contre les stéréotypes filles-garçons : un enjeu d’égalité et de mixité dès l’enfance

Réflexions

 

Femmes en situation de handicap et femmes Sourdes dans campus au Canada

Le Réseau d’action des femmes handicapées du Canada et l’Association nationale des étudiant(e)s handicapé(e)s au niveau postsecondaire mènent conjointement une recherche pour déterminer la prévalence de la violence envers les femmes en situation de handicap et les femmes Sourdes dans les campus des collèges et universités au Canada.

Une revue des politiques sur la violence sexuelle faite en 2014 (disponible en anglais seulement) par METRAC (Metropolitan Action Committee on Violence Against Women and Children) a conclu que la “majorité des institutions approchées ne disposent pas de politiques spécifiques à la violence sexuelle.”

Dans la société en général, les femmes en situation de handicap sont violentées sexuellement à un taux deux fois plus élevé que les femmes de la population générale selon les données de Statistiques Canada. Jusqu’à maintenant, aucune recherche Canadienne n’a été conduite pour déterminer la prévalence de la violence expérimentée par les étudiantes des campus post-secondaires qui sont handicapées ou Sourdes. Il n’y a jamais eu non plus un examen du niveau d’aide aux victimes, qui sont des femmes en situation de handicap et des femmes Sourdes, dans les collèges et universités du pays.

Les données seront collectées auprès des étudiantes du post-secondaire à travers le Canada via une étude en ligne. Ces étudiantes étant identifiées comme ayant un handicap ou étant Sourdes.

Les données seront collectées aussi auprès des fournisseurs de service basés sur les campus qui apportent de l’aide aux étudiantes en situation de handicap. Cette étude sera dirigée par Jewelles Smith, doctorante à l’Université de la Colombie-Britanique. Jewelles dirige actuellement un projet sur la violence envers les femmes en situation de handicap et les femmes Sourdes en Colombie-Britanique pour le compte du Réseau d’action des femmes handicapées du Canada. Elle est également membre du conseil d’administration de l’Association nationale des étudiant(e)s handicapé(e)s au niveau postsecondaire.

Pour participer à l’enquête : https://fr.surveymonkey.com/r/KC6GMHX
 

Retour en haut

 

 

AVIS

Appel aux expressions d’intérêts et nominations pour le Forum des femmes immigrantes et nouvelles-arrivées du Nouveau-Brunswick. Un des objectifs du projet,  « Une intervention communautaire concertée à l’égard de la violence familiale ou conjugale vécue par les femmes immigrantes au Nouveau-Brunswick », coordonné par une équipe multi-institutionnelle, est d’établir un comité consultatif (Forum) de femmes immigrantes et nouvelles-arrivées. Pour en savoir plus, cliquez sur les Termes de référence pour le Forum pour les femmes immigrantes et nouvelles-arrivées du Nouveau-Brunswick. Vous trouverez à la fin du document un formulaire d’expression d’intérêt ainsi qu’un formulaire de nomination. Merci de partager largement dans votre réseau, surtout parmi les femmes immigrantes que vous pensez pourraient être intéressés de s’y joindre, ou bien n’hésitez pas de nominer une femme dans votre communauté. Prière de voir la page 4 du document pour voir quels sont les critères d’éligibilités. Aucune expérience ou éducation spécifique est requise. Les formulaires complétés peuvent être envoyés à Ginette Gautreau, coordinatrice du projet, à ginette.gautreau@nb-mc.ca  d’ici au vendredi 17 juin 2016.

Joignez-vous à la première discussion sur Twitter de la campagne L’amour ne devrait pas blesser de 20 h à 21 h le mercredi 22 juin. Pendant une heure, ils discuteront sur Twitter de questions qui aideront à comprendre comment engager les hommes dans l'élimination de la violence entre partenaires intimes avec nos expertes invitées, Miguel LeBlanc, Barry MacKnight, et Bill Patrick. Pour participer à la discussion, branchez-vous à votre compte Twitter et effectuez une recherche avec #LSHchat. Ensuite, suivez la discussion et envoyez des gazouillis (« tweets ») qui contiennent le mot-dièse #LSHchat. 

Le Gouvernement du Canada accepte présentement des demandes de la part d’organismes souhaitant obtenir une aide financière du Fonds pour l’accessibilité (FA). La Demande de financement standardisée de subvention peut être présentée soit dans le cadre du volet Accessibilité en milieu de travail, soit du volet Accessibilité dans les collectivités du FA. Présentez une demande maintenant. Date limite : le 26 juillet à 23 h 59 heure du Pacifique. Lien: Fonds pour l'accessibilité.

La 6ième Assemblée générale annuelle (réunion d’affaires) de la Coalition Contre l’Abus dans les Relations Inc. aura lieu le vendredi 17 juin de   12 h 15 à 14 h, au Dan Bohan Family Centre situé au 5, Fatima Drive, à Riverview au Nouveau-Brunswick.

Nouveau site Web du SPEIJ-NB (Service public d'éducation et d'information juridiques du Nouveau‑Brunswick) adapté aux appareils mobiles – www.legal-info-legale.nb.ca.  Jetez un coup d’œil à leur nouvelle brochure intitulée Droit de la famille à l’intention des immigrants au Nouveau-Brunswick

Perspectives actuelles au sein des organismes, conseils et commissions (OCC) du Nouveau-Brunswick : Les femmes et les hommes les plus qualifiés et ayant une intégrité personnelle et professionnelle des plus élevées sont invités à poser leur candidature pour rendre service au public au sein des organismes, conseils et commissions (OCC) du Nouveau-Brunswick. Pour plus d'informations, consultez le lien suivant : Opportunités actuelles d'OCC

Forum de concertation – Les voix des femmes du Nouveau-Brunswick : Contactez-nous : Édifice Sartain MacDonald, 551, rue King, Bureau 103,  Fredericton NB E3B 1E7, T. 506.462.5179, 1-844-462-5179,  F. 506.462.5069, C. forumdesfemmes@gnb.ca,  www.voixfemmesnb-voiceswomennb.ca


Retour en haut

 

Text images4

 

Plus de 6 sur 10 (66 %) des personnes aînées souffrant de mauvais traitements, de négligence ou d’auto négligence signalés aux Services de protection des adultes sont des femmes.
 
Text images3

 

Actualités :

Lancement de nouvelles ressources concernant la Charte canadienne des droits des victimes

De nouvelles ressources éducatives pour les survivants d’actes criminels sont désormais disponibles auprès du Service public d'éducation et d’information juridiques du Nouveau-Brunswick (SPEIJ-NB). Ces nouvelles publications ont été lancées officiellement aujourd’hui, à l’occasion de la Semaine nationale des victimes et survivants d’actes criminels, qui se déroule du 29 mai au 4 juin.

 « Entrée en vigueur il y a moins d’un an, la Charte canadienne des droits des victimes énonce les droits fondamentaux des victimes et des survivants d’actes criminels », a déclaré le ministre de la Sécurité publique et solliciteur général, Stephen Horsman. « Ces nouvelles ressources deviendront des outils essentiels pour les survivants d’actes criminels et les personnes qui les soutiennent. Elles contribueront également à bâtir des communautés plus fortes et plus sûres au Nouveau-Brunswick ainsi qu’à soutenir les victimes et les familles dans des moments de grande vulnérabilité. »

Trois nouvelles brochures ont été élaborées par le SPEIJ-NB, en collaboration avec la Direction des services aux victimes du ministère de la Sécurité publique, dans le cadre d’une série intitulée Êtes-vous victime d’un acte criminel? La première brochure donne un aperçu des droits des victimes en matière d’information, de participation, de dédommagement et de protection. La deuxième explore le droit des victimes de faire une plainte lorsqu’elles sentent que leurs droits, établis en vertu d’une loi fédérale ou provinciale, ont été lésés ou n’ont pas été respectés. La troisième fournit des renseignements sur les différentes situations dans lesquelles une victime peut s’attendre à ce qu’une ordonnance de non-communication soit émise à l’endroit du délinquant ou qu’il lui soit permis d’en faire la demande.

« Trois nouvelles brochures, une affiche et un questionnaire portant sur les droits des victimes dans le système de justice pénale sont désormais disponibles », a affirmé la directrice générale du SPEIJ-NB, Deborah Doherty.

Suite : http://bit.ly/1XSErBy


Retour en haut

 

Amélioration des services offerts aux personnes transgenres

Le gouvernement provincial va de l’avant avec son projet visant à inscrire la chirurgie de confirmation de genre médicalement nécessaire à la liste des services assurés au Nouveau-Brunswick. Il procèdera également à des changements devant permettre aux personnes transgenres de modifier leur certificat de naissance afin qu’il corresponde à leur identité de genre.

« Les personnes transgenres qui vivent au Nouveau-Brunswick font face à d’importants défis dans leur vie personnelle et dans le système de soins de santé », a déclaré le ministre de la Santé, Victor Boudreau. « La dysphorie sexuelle est un état pathologique reconnu qui, s’il n’est pas traité, peut entraîner de hauts niveaux d’angoisse et de dépression qui, à leur tour, peuvent mener la personne à entretenir des idées suicidaires. Nous remercions le Réseau de santé trans du Nouveau-Brunswick d’avoir travaillé avec notre gouvernement pour faire de ce projet une réalité. »

Le gouvernement provincial apportera des modifications au Règlement général 84-20 de la Loi sur le paiement des services médicaux en vue de faire de la chirurgie de confirmation de genre un service assuré par l’Assurance-maladie.

« La chirurgie d’affirmation de genre est un élément crucial d’une transition réussie pour de nombreuses personnes transgenres », a affirmé Michelle Leard, du Réseau de santé trans du Nouveau-Brunswick et de l’organisme UBU Atlantic. « L’annonce d’aujourd’hui changera la vie des Néo-Brunswickois transgenres qui font présentement face à des situations difficiles en matière de santé et de santé mentale, ainsi qu’au niveau social. Elle est le résultat d’un véritable effort de collaboration, et je remercie le gouvernement de cette merveilleuse nouvelle puisqu’il a été prouvé que ces interventions médicalement nécessaires améliorent la santé, le bien-être et la qualité de vie. »

Service Nouveau-Brunswick déposera cet automne un projet de loi afin d’apporter des modifications à la Loi sur les statistiques de l’état civil afin de permettre aux personnes transgenres de modifier leur certificat de naissance pour qu’il corresponde à leur identité de genre.

« J’ai rencontré des membres de la communauté transgenre, et je sais combien il est important pour le gouvernement provincial de prendre ces mesures », a dit le ministre responsable de Service Nouveau-Brunswick, Ed Doherty. « Je suis heureux d’aller de l’avant avec cette importante initiative. »

http://bit.ly/1VVpfSq

 

Retour en haut

 

Lutter contre les stéréotypes filles-garçons : un enjeu d’égalité et de mixité dès l’enfance

La recherche d’égalité bute sur les attitudes et les rôles sociaux. Les positions sociales des hommes et des femmes ne résultent pas uniquement de choix de vie individuels et rationnels mais aussi, et très profondément, d’habitudes, de clichés, de traditions, qui n’influencent pas seulement les goûts des individus mais aussi les institutions et les ressources qu’elles constituent pour chacun et chacune.

Le rapport [pays d'édition : France] se départit, dans son ton, de la neutralité distante propre aux documents administratifs et aux écrits scientifiques. L’éthique de la conviction y est fortement présente. Mais il se fonde sur une synthèse de travaux de recherche et une série de faits et d’analyses, pour certains nouveaux, qui concourent, selon la logique du faisceau d’indices, à étayer la thèse selon laquelle les stéréotypes entre les filles et les garçons contribuent à freiner la marche vers l’égalité hommes-femmes. Notamment :
   -    en dehors de la famille, la prise en charge des petits enfants demeure une « affaire
        de femmes ». Toutes professions confondues, le taux moyen de masculinisation
        se situe entre 1,3 % et 1,5 % dans le secteur de l’accueil et de l’éducation des
        jeunes enfants et atteint seulement 3 % dans le périmètre plus restreint des
        structures collectives ;
   -    seuls 17 % des métiers, représentant 16 % des emplois, sont mixtes, au sens où
        la proportion d’hommes (ou de femmes) y est comprise entre 40 % et 60 %;
   -    à l’issue de la classe de troisième, plus de 20 % des jeunes – garçons et filles – se
        retrouvent dans des filières comportant moins de 30 % d’élèves de l’autre sexe.
        C’est surtout vrai dans l’enseignement professionnel ou technologique;
   -    les enquêtes montrent qu’en moyenne, et bien qu’ils n’en aient pas toujours
        conscience, les enseignants ont moins d’interactions avec les filles qu’avec les
        garçons (44 % contre 56 %) …

Suite : http://bit.ly/1YnNrNH
Pour lire le rapport complet : http://bit.ly/25YdkpG

 


 

Réflexions

« La question n’est pas qui va me laisser faire; la question est qui va m’arrêter. »

-Ayn Rand

 

 

Pour désabonner, cliquez ici.
Abonnez-vous au bulletin Women Femmes NB
Avez-vous des questions ou des commentaires?
Communiquez avec nous par courriel web-edf@gnb.ca ou sans frais 1-877-253-0266

Direction de l'égalité des femmes
551, rue King, suite A | Fredericton, N.-B. E3B 5H1