Gouvernement du Nouveau-Brunswick

Direction de l'égalité des femmes
Vous recevez ce bulletin parce que vous êtes inscrite.
Vous n’êtes plus intéressée? Se désabonner
  Abonnez-vous au bulletin Women Femmes NB

Newsletter Banner-F

 

WOMEN FEMMES NB

 

 

DANS CE NUMÉRO :

  • BOURSES ÉGALITÉ FEMME-HOMME
  • AVIS
  • LE SAVIEZ-VOUS ?
  • GÉRER LES INCIDENCES DU TRAVAIL DE PREMIÈRE LIGNE, 1RE PARTIE : L’ÉPUISEMENT, L’USURE DE COMPASSION ET LE TRAUMATISME INDIRECT
  • RENFORCER LA PROTECTION CIVILE DANS LES CAS DE VIOLENCE CONJUGALE : BILAN PANCANADIEN, 2015
  • DES TOILETTES UNISEXES À L’ÉCOLE L’ODYSSÉE
  • CES 10 FEMMES QUI ONT CHANGÉ LA SCIENCE - EN SILENCE

____________________________________________________________________________________

BOURSES ÉGALITÉ FEMME-HOMME

 

Est-ce que vous allez au CCNB ou à un collège privé cet automne? Si oui, n'oubliez pas de soumettre votre candidature pour la Bourse égalité femme-homme !      

La date limite pour soumettre votre demande est le 30 juin 2015 pour les programmes commençant cet automne. La bourse est d'une valeur de 2 000 $ par année.

Le programme a pour but d’encourager et de supporter les femmes et les hommes qui poursuivent une carrière dans les domaines non traditionnels.

Tout emploi dans lequel les femmes et les hommes forment moins de 25 % du total de la main-d'œuvre est considéré comme un emploi « non traditionnel ».

Pour en savoir plus, veuillez visiter :  http://bit.ly/1LfldMe

 

 

AVIS

Veuillez noter: La Direction de l’égalité des femmes publiera un numéro du bulletin Women Femmes NB au mois de juillet et un au mois d’août. Ils seront publiés le 8 juillet et le 5 août. Pour soumettre un avis ou un article, veuillez suivre les lignes directrices prescrites (les soumissions doivent être reçues à midi le vendredi avant sa date de publication).

Journée de réflexion: L'objectif du genre – abus des aînés, le 25 juin de 10 h à 16 h à l’Université de Moncton, Édifice Jacqueline-Bouchard (51 Ave. Antonine-Maillet), Moncton (N.-B.). Conférencière principale Lori Weeks, PhD « Recherches récentes sur les mauvais traitements des personnes âgées ». Discussion table ronde « Les nombreuses façades de la violence et la négligence envers les personnes âgées ». Coût: 25 $ (inclus diner et stationnement). Inscrivez-vous en ligne: http://bit.ly/1KPYiao ou pour en savoir plus, contactez Rina Arseneault par courriel: rinaa@unb.ca  ou par téléphone: 506-458-7137, ou Danie Gagnon par courriel: dgagnon@nbanh.com ou par téléphone: 506-460-6266.

Projets pancanadiens : programme de financement Nouveaux Horizons pour les aînés. Les organisations ont jusqu’au 10 juillet pour présenter des projets.  Les projets pancanadiens qui contribuent à réduire l’isolement social chez les aînés peuvent être admissibles à recevoir un financement allant de 150 000 $ à 750 000 $ pour un maximum de trois ans. Le financement peut apporter de l’aide aux projets qui contribuent clairement à une approche collective visant à réduire de façon mesurable le taux d’isolement social chez les aînés dans une population ciblée. Pour obtenir de l’information générale à propos de l’appel de propositions pancanadien de 2015 et de la manière de faire une demande, veuillez consulter le Guide du promoteur: http://bit.ly/1GorTIf

Place au Débat met au défi les chefs de parti. Aidez-nous à faire en sorte que tous les partis politiques prennent au sérieux les enjeux qui touchent les femmes. Signez notre pétition (lien) demandant au Premier Ministre Harper et au chef libéral Justin Trudeau de s’engager à participer à un débat diffusé à l'échelle nationale portant spécifiquement sur les femmes et les filles au cours de la campagne électorale fédérale cette année. Le Nouveau Parti démocratique et le Parti vert ont accepté de participer au débat. http://placeaudebat.ca/

Les organismes, conseils et commissions (OCC) du Nouveau-Brunswick : Les femmes et les hommes les plus qualifiés et ayant une intégrité personnelle et professionnelle des plus élevées sont invités à poser leur candidature pour rendre service au public au sein des organismes, conseils et commissions (OCC) du Nouveau-Brunswick. Vacance de poste - Commission des droits de la personne du Nouveau-Brunswick, Président ou présidente de la Commission.  La Commission des droits de la personne du Nouveau-Brunswick est une agence gouvernementale régie par la Loi sur les droits de la personne du Nouveau-Brunswick. La Commission et son personnel font enquête sur les plaintes officielles de discrimination déposées en vertu de la Loi. La Commission s’emploie également à freiner la discrimination en faisant la promotion des droits de la personne et en offrant des possibilités de formation aux employeurs, aux fournisseurs de services et au grand public. Le président ou la présidente de la Commission reçoit des appointements annuels de 25 000 $, plus des frais de déplacement et de repas. Pour poser votre candidature:  Commission des droits de la personne du Nouveau-Brunswick. Pour d'autres opportunités, consultez le lien suivant: Opportunités actuelles d'OCC

Un rappel que juin est le mois de sensibilisation aux accidents vasculaires cérébraux. Pour plus d'informations sur cette situation d'urgence médicale, y compris une vidéo de la perspective de la victime, suivez ce lien de la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC : http://bit.ly/1N4UG4Y

Forum de concertation – Les voix des femmes du Nouveau-Brunswick – Contactez-nous : Édifice Sartain MacDonald, 551, rue King, Bureau 103,  Fredericton NB E3B 1E7, T. 506.462.5179, F. 506.462.5069, C. Info@voixfemmesnb-voiceswomennb.ca,  www.voixfemmesnb-voiceswomennb.ca

 

Text images4

 

 

Plus de 6 sur 10 (66 %) des personnes aînées souffrant de mauvais traitements, de négligence ou d’auto négligence signalés aux Services de protection des adultes sont des femmes.
 
 
 

Visitez le Profil Égalité 
et envoyez-nous vos commentaires ICI

Text images3

 

GÉRER LES INCIDENCES DU TRAVAIL DE PREMIÈRE LIGNE, 1RE PARTIE : L’ÉPUISEMENT, L’USURE DE COMPASSION ET LE TRAUMATISME INDIRECT
- Centre pour les victimes d’agression sexuelle de Fredericton

Voici le premier d’une série de brefs articles sur les moyens à prendre pour gérer les incidences bien réelles du travail de première ligne sur les plans professionnel et personnel.

Les travailleurs sociaux, les agents de police, les infirmières, les bénévoles et une foule d’autres fournisseurs de soins et de services de première ligne ont souvent à écouter de pénibles récits de mauvais traitements, d’agressions, de violence, de perte et de traumatisme qu’ont vécus les personnes qui se confient à eux. On leur dit, sans trop de souci, de prendre soin de leur « santé personnelle », comme quoi il s’agit d’une solution définitive aux conséquences de ce genre de travail, mais il est rare qu’on leur présente des moyens concrets, pratiques et efficaces de prendre soin d’eux-mêmes. Qui plus est, le fait de s’occuper de sa santé personnelle est considéré comme un luxe et une gâterie; certains diront même qu’ils aimeraient bien être à leur place.

Les fournisseurs de soins ont une responsabilité déontologique à l’égard de la confidentialité, de la compassion, du renforcement de l’autonomie et du droit à l’information ainsi qu’à l’égard de leur propre santé, car sans la santé, ils manquent de moyens pour aider les autres. Les organismes qui embauchent des fournisseurs de soins doivent faire en sorte que ceux-ci aient accès à des outils et ressources en matière de santé personnelle. En effet, selon l’expérience et la recherche dans le domaine, les fournisseurs de soins sont aptes à commettre des erreurs lorsqu’ils sont fatigués, surutilisés ou confrontés à de trop nombreuses priorités. Et ces erreurs peuvent entraîner un véritable coût humain.

Les trois termes utilisés couramment pour parler des conséquences du travail de première ligne sont définis ci-dessous.

Par épuisement, on entend l’épuisement physique et émotionnel qui est ressenti par suite de périodes de stress et de frustration prolongées. Il peut être causé par un manque de soutien ou par une charge de travail trop lourde, ce qui diminue la capacité de composer avec cette dernière et fait en sorte que la personne se sent dépassée et désespérée, comme si les efforts qu’elle déploie n’ont aucun effet réel.

L’usure de compassion est la diminution de la capacité d’une personne à ressentir de la compassion pour les autres et à faire preuve d’empathie à leur égard. La capacité à tolérer des sentiments forts et à écouter des histoires troublantes est également réduite. Les fournisseurs de services qui en souffrent sentent souvent qu’ils n’ont plus rien à donner. Par conséquent, ils peuvent minimiser l’expérience des autres ou encore porter des jugements à l’égard des décisions ou des choix des autres.

Pour ce qui est du traumatisme indirect, il s’agit de la transformation de la vision du monde d’une personne, laquelle est parfois décrite comme une « perte d’innocence ». L’exposition répétée à des récits d’expériences traumatiques, soit directement de survivants, dans les médias ou encore dans les comptes rendus de collègues, peut modifier la façon dont la personne perçoit sa collectivité, ses amis et sa famille. Un bon nombre des signes et symptômes du traumatisme indirect ressemblent à ceux que présentent les survivants, notamment la peur, la colère, l’épuisement, les changements de comportement et les pensées indésirables.

L’exposition au traumatisme, c’est-à-dire les récits troublants des autres personnes, peut avoir une incidence profonde sur la vie personnelle et professionnelle des fournisseurs de services de première ligne. Reconnaître les conséquences potentielles d’un tel travail est la première étape pour prendre soin des personnes qui prennent soin des autres.

http://www.fsacc.ca/

http://on.fb.me/1K8c75w  

 

RENFORCER LA PROTECTION CIVILE DANS LES CAS DE VIOLENCE CONJUGALE : BILAN PANCANADIEN, 2015

Ce rapport de Linda Neilson propose des solutions, fondées sur des résultats de recherche, afin d’améliorer la protection civile dans les cas de violence conjugale partout au Canada. Les travaux de recherche sur le système judiciaire ont critiqué le déroulement des procédures concernant la protection civile dans les cas de violence conjugale ou de violence entre partenaires intimes.

Rappelons-nous que toute critique renferme la possibilité d’amorcer un changement. En effet, notre façon d’intervenir à l’égard des familles et des enfants peut profiter des critiques formulées si nous leur portons attention. Ainsi, le rapport, qui cherche à présenter des solutions, met en lien la recherche sur la violence conjugale, la recherche sur le fonctionnement des systèmes judiciaires dans les cas de violence conjugale et les processus et les solutions en matière de protection civile (jurisprudence et lois) partout au Canada. Il préconise une approche axée sur l’avenir et la résolution de problèmes.

La première partie du rapport expose les principes de pratique associés aux solutions envisageables découlant d’évaluations du fonctionnement du système judiciaire dans les cas de violence conjugale. La deuxième met en lien les principes décrits dans la première partie avec les solutions actuelles en matière de protection civile dans l’ensemble du Canada (lois sur la prévention de la violence conjugale, dispositions législatives visant les ordonnances interdictives et dispositions législatives relatives à la possession d’un domicile matrimonial et de biens personnels). La troisième partie relève les lacunes actuelles dans la législation canadienne dont la correction pourrait améliorer le fonctionnement du système judiciaire dans les affaires de protection civile.

L’objectif global consiste à soutenir le travail des professionnels et des fournisseurs de service dans les cas de violence conjugale. 

http://bit.ly/1HbdBuX (en anglais seulement)

Le rapport complet, « Enhancing Civil Protection in Domestic Violence Cases, » disponible en anglais seulement, est affiché à l’Internet.

 

DES TOILETTES UNISEXES À L’ÉCOLE L’ODYSSÉE

L’école secondaire francophone de Moncton a inauguré des salles de toilettes neutres et non genrées, en signe de reconnaissance de la diversité sexuelle.

L’Odyssée a ajouté un symbole d’inclusion à deux salles de toilettes individuelles. «On voulait identifier des toilettes ouvertes à tous», explique France Breault, représentante du comité Indigo, l’alliance gaie-hétéro de l’école.

«N’importe qui ne se sentant pas à l’aise avec des toilettes communes peut les utiliser. C’est aussi pour souligner les personnes transgenres, et pour que chacun puisse avoir accès à un lieu où il se sente confortable.»

L’idée a été proposée par des élèves du comité Indigo, qui regroupe une quinzaine de jeunes souhaitant valoriser la tolérance et lutter contre l’intimidation liée à l’orientation sexuelle. La proposition a été discutée avec le personnel, le conseil des élèves et la direction, qui a accepté d’installer une pancarte symbolique devant des toilettes déjà existantes. «La philosophie de l’école, c’est une place pour tous.»

Les jeunes ont également réalisé une vidéo pour recueillir l’opinion de leurs camarades. Plusieurs professeurs ont fait une présentation devant leur classe. L’opération n’a presque rien coûté, mais sert surtout à amener une réflexion sur la différence.

«Le message c’est de montrer qu’on est ouvert, que chaque personne est unique et qu’elle est la bienvenue. On soutient les élèves peu importe ce qu’ils vivent, il faut qu’ils se sentent à l’aise», ajoute France Breault.

Travailleuse sociale pour l’école, elle rencontre les élèves en difficultés.

«J’ai pu en aider certains qui se questionnent sur leur identité sexuelle.» Jusqu’à présent, elle n’a reçu aucun retour négatif de la part des parents ou des élèves.

Depuis 6 ans, le groupe entreprend différents projets pour intensifier la sensibilisation. «Les gens sont de plus en plus en plus conscients parce qu’on en parle davantage.»

Suite : http://bit.ly/1NgEYEA

 

CES 10 FEMMES QUI ONT CHANGÉ LA SCIENCE - EN SILENCE

Elles ont chassé des dinosaures, inventé le Kevlar... Avec Rachel Swaby, auteure du best-seller Les entêtées: 52 femmes qui ont changé la science et le monde, parcourons l'histoire de dix femmes scientifiques qui ont changé nos vies mais sont restées dans l'ombre.

10. Mary Anning, paléontologue (1799-1847)

Anning avait 12 ans quand elle a découvert avec son petit frère, dans les rochers près de sa ville natale de Lyme Regis (dans le Dorset en Angleterre), le premier squelette complet d'ichtyosaure. Depuis, Mary n'a plus nourri qu'une obsession: la recherche de fossiles. Habituellement, elle allait "à la chasse" après une tempête, espérant que le vent et l'eau avaient ouvert l'accès à de nouveaux restes enfouis dans le calcaire et le schiste. Cette femme a réussi à découvrir les premiers squelettes complets de plésiosaure et de ptérosaure (ptérodactyle). Bien que ses contemporains se soient servis des résultats de son travail, Mary n'a jamais été admise dans les milieux scientifiques officiels et ses travaux étaient souvent cités sans la mentionner.

9. Alice Hamilton, chercheuse dans le domaine des maladies professionnelles (1869-1970)

Diplômée d'un doctorat en médecine à l'Université du Michigan en 1893, Alice a ensuite étudié les conditions de travail dans les entreprises qui utilisaient le plomb, le mercure et d'autres substances toxiques. Elle a dressé un tableau noir de la façon dont la production nuisible porte atteinte à la santé du travailleur. Par exemple, le plomb conduisait à des coliques, des crampes et à la perte de poids.

8. Lise Meitner, physicienne (1878-1968)
7. Inge Lehmann, sismologue (1888-1993)
6. Hilde Mangold, embryologue (1898-1924)
5. Elsie Widdowson, diététicienne (1906-2000)
4. Virginia Apgar, anesthésiste (1909-1974)
3. Chien-Shiung Wu, physicienne (1912-1997)
2. Ann McLaren, experte du développement embryonnaire (1927-2007)
1. Stephanie Kwolek, chimiste (1923-2014)

Pour lire la suite: http://bit.ly/1RsZWkk

 

 

EN FIN DE COMPTE

« La vraie richesse d’une communauté se mesure en fonction de la façon qu’elle écoute
ce que les femmes ont à dire et comment elle valorise leur sagesse.
Renforcer le pouvoir des femmes nous rend tous service. »

-Forest Whitaker
Acteur

 

Pour désabonner, cliquez ici.
Abonnez-vous au bulletin Women Femmes NB
Avez-vous des questions ou des commentaires?
Communiquez avec nous par courriel web-edf@gnb.ca ou sans frais 1-877-253-0266

Direction de l'égalité des femmes
551, rue King, suite A | Fredericton, N.-B. E3B 5H1