Gouvernement du Nouveau-Brunswick

Direction de l'égalité des femmes
Vous recevez ce bulletin parce que vous êtes inscrite.
Vous n’êtes plus intéressée? Se désabonner
  Abonnez-vous au bulletin Women Femmes NB

Newsletter Banner-F

 

WOMEN FEMMES NB

 

 

DANS CE NUMÉRO :

Article en vedette :
Le comité de la condition féminine invite le public à soumettre des mémoires écrits dans le cadre de son étude sur la violence envers les jeunes femmes et les filles au Canada


Avis  

Le saviez-vous ?

Actualités :
    - Les soins aux enfants syriens
    - 15 choses à savoir absolument sur les violences conjugales  

Réflexions

 

Le comité de la condition féminine invite le public à soumettre des mémoires écrits dans le cadre de son étude sur la violence envers les jeunes femmes et les filles au Canada

Le Comité permanent de la condition féminine de la Chambre des communes invite le public à soumettre des mémoires écrits dans le cadre de son étude sur La violence envers les jeunes femmes et les filles au Canada.

Bien que des femmes de tous âges soient victimes de violence, l’étude du Comité se concentre sur les jeunes femmes et les filles, car elles sont particulièrement vulnérables à la violence et en sont à une étape critique de leur développement. En outre, le Comité se préoccupait de l’absence de données et de renseignements sur la violence envers les jeunes femmes et les filles au Canada.

Le Comité se penchera sur la violence dans la vie des jeunes femmes et des filles en se concentrant sur les éléments suivants :

  • la nature et la portée de la cyberviolence visant les jeunes femmes et les filles, et les pratiques exemplaires pour la contrer et la prévenir;
  • la nature et la portée du harcèlement de rue et des comportements publics irrespectueux envers les jeunes femmes et les filles, et les pratiques exemplaires pour les contrer et les prévenir;
  • la violence subie par les femmes sur les campus universitaire et collégial (y compris la notion de « culture du viol » ainsi que les définitions et les perceptions du consentement), et la façon de concevoir des stratégies efficaces pour régler ce problème;
  • les répercussions de l’hypersexualisation des jeunes femmes et des filles dans les médias traditionnels et sociaux, et la façon de mobiliser les secteurs concernés pour qu’ils luttent contre de telles pratiques; 
  • les pratiques exemplaires visant à faire participer les hommes et les garçons à la lutte contre la violence envers les jeunes femmes et les filles, et à la prévention de cette violence;
  • les répercussions des enjeux définis ci-dessus sur les groupes vulnérables de notre société (comme les jeunes femmes et les filles autochtones, les jeunes femmes et les filles s’identifiant comme lesbiennes, bisexuelles et transgenres, les jeunes femmes et les filles issues de minorités ethniques et culturelles, et les jeunes femmes et les filles handicapées).

Le Comité demande que les mémoires écrits portent sur les sujets mentionnés ci-dessus et qu’ils comprennent des recommandations précises sur la façon dont le gouvernement fédéral peut contribuer à contrer et à prévenir la violence envers les jeunes femmes et les filles.

La date limite pour présenter un mémoire écrit au Comité, dans l’une ou l’autre des langues officielles, est fixée au vendredi 23 septembre 2016. Les mémoires ne doivent pas dépasser deux pages (environ 1 000 mots). Ils doivent être envoyés par voie électronique au greffier du Comité, à l’adresse FEWO@parl.gc.ca, ou présentés en ligne sur le site Web du Comité. Veuillez consulter le Guide de présentation d’un mémoire à un comité de la Chambre des communes pour tout complément d’information. Le Comité pourrait inviter certaines personnes et certains organismes à lui fournir des renseignements supplémentaires à la suite de leur premier mémoire.

Le Comité espère que cette étude et ses recommandations contribueront à mieux comprendre la violence envers les jeunes femmes et les filles et qu’ils permettront de trouver des solutions afin de contrer et de prévenir une telle violence au Canada.

Les Canadiens sont invités à suivre les activités du Comité sur le site Web de ce dernier, où ils trouveront des renseignements supplémentaires sur ses réunions à venir, ses travaux en cours et ses membres.

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :

Danielle Widmer, Greffière du Comité permanent de la condition féminine

Téléphone: 613-995-6119

Courriel: FEWO@parl.gc.ca

 

http://goo.gl/7tZHXS

 

 

AVIS

Le prochain numéro du bulletin Women Femmes NB paraîtra en décembre.  Maintenant que le bulletin est trimestriel, il ne contiendra plus d’avis. Toutes soumissions, y compris les avis doivent être envoyées à la boite courriel d’EDF (WEB-EDF@gnb.ca) pour nos pages de Twitter (@WomenNB et @FemmesNB) et de Facebook.

 

 

Prévention et dépistage du cancer : Le dépistage du cancer sert à détecter la maladie chez la population à un stade précoce, avant l’apparition de signes ou de symptômes. Il existe au Nouveau-Brunswick un programme de dépistage basé sur la population pour trois types de cancer : le cancer du sein, le cancer du col utérin et le cancer du côlon.

Souper aux profit des Olympiques Spéciaux. Tout profit seront verser a leur organisation. Les Chevalier de Colomb de Shediac organise un souper a la lasagne le 18 Septembre 2016 seulement $10.00 par personne.  Tout les info sont sur l'attachement du courriel. Pour billets contacter Roger 531-0739. Je serai a la salle paroissiale aux dejeuner communautaire de 8hr a 12hr le Dimanche le 4 Sept. pour le dejeuner communautaire.

Un atelier en droit de la famille intitulé «Changing a Child Support Order » sera présenté en anglais à Fredericton le 28 septembre de 19h à 21h à UNB, 41 rue Dineen Ludlow Hall salle 14.  Cet atelier fait partie d’une série d’ateliers dans le cadre du projet «Naviguer le système de justice en droit de la famille» qui seront présentés à tous les mois. Ce projet est une initiative du Service public d’éducation et d’information juridiques du Nouveau-Brunswick (SPEIJ-NB). Le but des ateliers est d’aider les personnes qui se représentent seules en matière de droit de la famille. Cet atelier explique comment remplir les formulaires et les déposer avec le tribunal, et comment suivre la procédure pour obtenir une modification d’une ordonnance de pension alimentaire pour enfants. Vous devez vous préinscrire pour les ateliers. Pour s’inscrire, complétez le formulaire électronique au www.droitdelafamillenb.ca ou téléphonez la ligne sans frais en droit de la famille au 1-888-236-2444  ou 506-453-5369. Il y a des frais de 20$ pour cet atelier pour couvrir les coûts des produits (guide, formulaires et autres ressources en droit de la famille) qui seront remis aux participants.

Argent gratuit pour les études: Le Bon d’études canadien du gouvernement du Canada est disponible aux enfants nés en 2004 ou après, et dont le revenu familial net est de 44 701 $ ou moins. Les enfants admissibles reçoivent 500 $ et recevront 100 $ de plus pour chaque année d’admissibilité (jusqu’à l’âge de 15 ans ou à concurrence de 2 000 $), y compris les années d’admissibilité de l’enfant précédant la demande. Posez une demande à www.REEEussite.ca/BECNB.

Les organismes, conseils et commissions (OCC) du Nouveau-Brunswick : Les femmes et les hommes les plus qualifiés et ayant une intégrité personnelle et professionnelle des plus élevées sont invités à poser leur candidature pour rendre service au public au sein des organismes, conseils et commissions (OCC) du Nouveau-Brunswick. Vacance de poste : Vice-président ou vice-présidente du conseil d’administration de la Commission de la santé, de la sécurité et de l’indemnisation des accidents au travail.  La Commission de la santé, de la sécurité et de l'indemnisation des accidents au travail (Travail sécuritaire NB) est responsable de l'administration de la Loi sur la Commission de la santé, de la sécurité et de l'indemnisation des accidents au travail et le Tribunal d’appel des accidents au travail, de la Loi sur les accidents du travail, de la Loi sur l’indemnisation des pompiers, de la Loi sur l'hygiène et la sécurité au travail et des règlements afférents. Le vice-président du conseil d’administration reçoit une indemnité quotidienne de 200 $ pour assister aux réunions du conseil et du comité ainsi que les frais de déplacement et de logement lorsqu’il doit assister à des réunions ou à des activités. Pour poser votre candidature : Commission de la santé, de la sécurité et de l’indemnisation des accidents au travail. Pour d'autres opportunités, consultez le lien suivant  : Opportunités actuelles d'OCC

La campagne de la Table ronde sur la criminalité et la sécurité publique, L’amour ne devrait pas blesser, tient à aider les communautés du N.-B. à s’attaquer à l’enjeu sociétal de la violence entre partenaires intimes (VPI). L’objectif de la campagne est d’aider à changer la façon dont les Néo-Brunswickois pensent et agissent relativement à l’enjeu de la VPI et à réduire la tolérance dont fait preuve la société face à un tel comportement. Les personnes intéressées peuvent suivre la campagne sur Twitter et Facebook. Voir aussi les ressources disponibles au www.gnb.ca/violence.

Conseil des femmes du Nouveau-Brunswick : Contactez-nous : Édifice Sartain MacDonald, 551, rue King, Bureau 103,  Fredericton NB E3B 1E7, T. 506.462.5179, 1-844-462-5179,  F. 506.462.5069, C. forumdesfemmes@gnb.ca,  www.voixfemmesnb-voiceswomennb.ca


Retour en haut

 

Text images4

 

 

 

Les enfants de 0 à 14 ans (2 sexes) sont

25 % de la population d’identité autochtone
15,1 % de la population non-autochtone

 

 

Text images3

 

Actualités :

Les soins aux enfants syriens

Le Nouveau-Brunswick a accueilli 1 138 réfugiés syriens pris en charge par le gouvernement depuis que le gouvernement fédéral a annoncé l’automne dernier l’intention du Canada d’accueillir plus de 25 000 réfugiés syriens.

Les réfugiés syriens sont devenus des résidents permanents dès leur arrivée au Canada et ils ont immédiatement été admissibles à la couverture provinciale en matière de santé.  À l’assurance maladie provinciale s’ajoute le Programme fédéral de santé intérimaire (PFSI) dont les réfugiés et leurs familles bénéficient pendant un an. Ce programme couvre les services supplémentaires tels que les soins dentaires, les soins de la vue et les médicaments sur ordonnance.

Les réfugiés syriens ont traversé une crise humanitaire et ils s’adaptent maintenant à la vie au Canada et au Nouveau-Brunswick. Le traumatisme vécu dans leur pays natal influe sur leur santé, tout comme le processus d’intégration dans une nouvelle culture.

La culture peut être définie comme un ensemble d’idées, de coutumes et de comportements partagé par un peuple ou une société. La culture a un effet sur la santé car elle influence les perceptions de la santé et de la maladie, les convictions relativement à la cause de la maladie, les approches de promotion de la santé et la façon dont les personnes demandent de l’aide. Il est important de se rappeler que les professionnels de la santé sont aussi influencés par leur culture et qu’ils apportent leurs points de vue culturels lorsqu’ils rencontrent les nouveaux venus.

Les enfants aussi peuvent avoir de la difficulté à s’adapter à la culture canadienne et à s’y intégrer. Parmi les réfugiés arrivés au Nouveau-Brunswick, 673 sont des enfants de 17 ans et moins (59 %).  Dans leur travail avec les nouveaux venus, enfants, adolescents et familles, les professionnels de la santé doivent explorer les croyances et les valeurs de l’enfant ou de la famille et poser des questions pour évaluer les dimensions socioculturelles, les points de vue sur la santé, l’acculturation, l’identité et la religion.

Bien que la culture influence la santé et les comportements en matière de santé, nous ne devons pas présumer que les enfants et les adolescents d’un groupe culturel ou ethnique donné ont tous la même culture. Il y a une grande hétérogénéité au sein de presque tous les groupes.

Les soins aux enfants néo-canadiens est une ressource à l’intention de ceux qui travaillent avec des enfants, des adolescents et des familles d’immigrants et de réfugiés. Elle a été préparée par la Société canadienne de pédiatrie et elle fournit des renseignements et des ressources fondés sur des preuves et portant sur divers aspects du développement de l’enfant en mettant l’accent en particulier sur les nouveaux venus. Ce site Web a une section générale sur la culture et la santé incluant des outils et des ressources susceptibles d’être utilisés avec les nouveaux venus.

• Les soins aux enfants néo-canadiens : http://www.enfantsneocanadiens.ca/

Bulletin Surveillance Maladies NB - Les soins aux enfants syriens


Retour en haut

 

15 choses à savoir absolument sur les violences conjugales

#ViolencesConjugales – Bien que fréquentes, les violences conjugales sont encore mal connues, mal considérées et beaucoup d’idées reçues circulent. 

#Féminicides  – Le patriarcat tue toujours.  En France en 2015, tous les 3 jours, une femme meurt sous les coups de son conjoint ou ex-conjoint. À la date d’aujourd’hui, depuis le mois de janvier 2016, ce sont 67 femmes qui ont été assassinées par leur compagnon ou ex-compagnon.

#Patriarcat – Ce n’est pas un hasard, ni un « drame familial », ni un « drame de la séparation », ni un « crime passionnel », ni un « fait divers ».  Ce sont des assassinats systémiques dont l’origine se trouve au cœur de notre société, dans l’éducation patriarcale qui est donnée aux hommes et qui les autorise à posséder femmes et enfants et à disposer de leurs vies.

On fait le point avec Marie Kirschen

1.    Tout d’abord : La violence conjugale peut être physique mais aussi verbale ou psychologique.
2.    On estime que : Chaque année 223,000 femmes âgées de 18 à 75 ans sont victimes de violences
       conjugales physiques ou sexuelles.
       Ce chiffre est impressionnant, et pourtant il ne prend pas en compte d’autres formes de violence
       conjugale comme les violences verbales, psychologiques, économiques ou administratives.
3.    Attention : Les violences conjugales ne doivent pas être considérées comme une simple
      <<dispute>>.
       Bien sûr, il arrive qu’il y ait des désaccords dans un couple, mais dans le cas d’une simple
       dispute, les partenaires restent sur un pied d’égalité. Au contraire, dans les cas de violences, «il
       s’agit d’un rapport de domination et de prise de pouvoir de l’auteur sur la victime», indique le site        stop-violences-femmes.gouv.fr pour expliquer la différence.
4.    De la même manière : La violence conjugale n’est pas un <<drame passionnel>>

Suite : http://goo.gl/2XLMKV


 

Réflexions

« Je suis quelqu’un de pragmatique. Je crois qu’en tant que femmes, nous devons être plus vigilantes. Nous devons servir à la communauté, nous devons dire oui à plus de choses que les hommes,
nous devons nous inquiéter de choses qui ne préoccupent pas les hommes. Par contre, dès
qu’il y aura assez de femmes qui mèneront, nous pourrons défaire ces stéréotypes.
Lorsqu’une personne mène, elle prend les décisions. »

-Sheryl Sandberg

 

 

Pour désabonner, cliquez ici.
Abonnez-vous au bulletin Women Femmes NB
Avez-vous des questions ou des commentaires?
Communiquez avec nous par courriel web-edf@gnb.ca ou sans frais 1-877-253-0266

Direction de l'égalité des femmes
551, rue King, suite A | Fredericton, N.-B. E3B 5H1