Gouvernement du Nouveau-Brunswick

Direction de l'égalité des femmes
Vous recevez ce bulletin parce que vous êtes inscrite.
Vous n’êtes plus intéressée? Se désabonner
  Abonnez-vous au bulletin Women Femmes NB

Newsletter Banner-F

 

WOMEN FEMMES NB

 

 

DANS CE NUMÉRO :

  • GÉRER LES INCIDENCES DU TRAVAIL DE PREMIÈRE LIGNE, 3E PARTIE : QUE PEUVENT FAIRE LES ORGANISATIONS AU SUJET DU TRAUMA INDIRECT?
  • AVIS
  • LE SAVIEZ-VOUS ?
  • LA CAMPAGNE PLACE AU DÉBAT A POUR BUT D’INCITER LES CHEFS POLITIQUES À S’ATTAQUER À LA QUESTION DES DROITS DES FEMMES
  • LA LUTTE CONTRE LA DISCRIMINATION FONDÉE SUR L'ORIENTATION SEXUELLE ET L'IDENTITÉ DE GENRE
  • UN CENTRE POUR LES JEUNES MÈRES EN DIFFICULTÉ

____________________________________________________________________________________

 

QUE PEUVENT FAIRE LES ORGANISATIONS AU SUJET DU TRAUMA INDIRECT?
Centre pour les victimes d’agression sexuelle de Fredericton

Voici le troisième et dernier article de la série intitulée « Gérer les incidences du travail de première ligne ».

Saviez-vous qu’en ce qui concerne le traumatisme indirect, l’épuisement et l’usure de compassion, les efforts déployés par les organisations pour atténuer les effets de ces incidences du travail de première ligne sont tout aussi importants que ceux réalisés par la personne concernée? En effet, si les stratégies employées par la personne pour se prendre en main ne sont pas appuyées par l’employeur, ou si un milieu de travail n’a pas de politiques en place pour favoriser la santé personnelle, il peut être facile de blâmer la personne quand elle ne va pas bien. De même, on dit souvent aux personnes souffrant de traumatisme indirect d’améliorer l’équilibre entre leur travail et leur vie privée, mais, si cela leur est impossible dans leur milieu de travail, il ne faut pas rejeter la faute sur elles.

La Green Cross Academy of Traumatology, fondée par Charles Figley, un des grands spécialistes de l’usure par compassion et du traumatisme indirect au monde, offre différentes ressources aux employeurs, dont les normes en matière de santé personnelle affichées à l’adresse http://home.cogeco.ca/~cmc/Standards_of_Self_Care.pdf (en anglais seulement), qui visent à aider ceux-ci à renforcer leurs politiques relatives à la santé personnelle de leurs employés.

Voici certains conseils de base à l’intention des organisations :

  • Assurez-vous que les employés reçoivent un salaire et des congés adéquats. Cela peut être difficile en raison des nombreuses compressions budgétaires. Toutefois, quand les employés ont l’impression que leur supérieur immédiat plaide en leur faveur lors des discussions sur le salaire et les congés, ils se sentent beaucoup plus valorisés.
  • Offrez des possibilités de perfectionnement professionnel et assurez une bonne gestion du personnel. L’usure de compassion découle souvent d’un sentiment d’impuissance et d’incompétence. Quand les travailleurs de première ligne ne savent pas comment faire face aux situations difficiles, cela peut les mettre sur la défensive et leur faire ressentir de la frustration à l’égard des gens qu’ils sont censés aider.
  • Instaurez un milieu de travail qui prévoit l’accès à des congés de maladie et à des services de santé mentale et qui est favorable à leur utilisation. Souvent, les employés travaillent même s’ils sont malades ou mentalement exténués. Cela crée une culture où ils estiment qu’ils ne peuvent prendre de congés de maladie, de peur d’être pénalisés ou d’être perçus comme étant paresseux ou incompétents ou comme abusant des avantages accordés. Le taux d’absentéisme diminue quand les superviseurs instaurent une culture qui encourage les employés à s’occuper de leurs problèmes de santé et montrent eux-mêmes l’exemple.
  • Établissez des normes relatives à la divulgation à moindre impact. Le fait de raconter des récits troublants et de montrer des images pénibles peut contribuer à alimenter le traumatisme indirect au sein du milieu de travail. La mise en œuvre de stratégies relatives à la divulgation à moindre impact peut aider à réduire l’exposition aux traumatismes des collègues et offrir le soutien dont l’employé concerné a besoin. Voici quelques conseils à l’intention des employés à ce sujet :

                *  Tenez compte de la façon dont vous vous y prenez pour effectuer votre débriefing après
                   avoir entendu des récits troublants.
                *  Faites savoir à vos collègues que vous avez besoin de parler de choses difficiles.
                *  Assurez-vous que vos collègues soient disposés à entendre un récit troublant; il se peut
                   qu’ils n’aillent pas bien eux-mêmes.
                *  N’allez pas directement dans le vif du sujet; commencez par les parties les moins
                   traumatisantes pour en venir à celles qui le sont plus. En fin de compte, vous n’aurez
                   peut-être pas à raconter les détails les plus sordides.

 

Ressources en anglais :

Green Cross Academy of Traumatology:  www.greencross.org

Centre pour les victimes d’agression sexuelle de Fredericton : http://www.fsacc.ca/,
http://on.fb.me/1K8c75w

 

 

AVIS

L’Alliance Pro-jeunesse vous invite à assister au lancement d’un nouveau projet qui vise à prévenir la traite des filles et des jeunes femmes au Nouveau-Brunswick. L’événement aura lieu le 10 août à 11h30 à l’église Grace Memorial à Fredericton. Un goûter sera disponible suite au lancement. RSVP en communiquant avec John Sharpe à jsharpe@partnersforyouth.ca.
http://www.partnersforyouth.ca/fr/

La Fondation Fergusson accepte en ce moment les demandes de subventions d'organismes de bienfaisance enregistrés, relativement à des projets liés au problème de la violence familiale. Les organismes retenus se verront accorder une subvention, jusqu'à concurrence de 3 000 $, pour réaliser des projets se rapportant au counseling, à la formation, à la sensibilisation du public et à la recherche. Afin d'être admissible au financement, la proposition de projet doit faire partie de l'une des catégories suivantes : exploitation de refuges d'urgence et prestation de services de counseling et d'autres services aux victimes de violence familiale; création de programmes de counseling et de formation pour les conseillers travaillant avec des victimes de violence familiale; création de programmes de sensibilisation du public à la violence familiale; soutien à la recherche relative aux causes de la violence familiale, ainsi qu’éducation et formation des victimes de violence familiale. La date limite de réception des demandes est le lundi 10 août 2015.
http://mmff.ca/domains/mmff/splash/index.php?language=fr

Coalition contre l'abus dans les relations, Inc. 1er tournoi de golf annuel Moncton! Jeudi 24 septembre au Moncton Golf & Country Club.    Les inscriptions débuteront à 11h00. « Gun Shot tee-off » à 12h30. Accords de mets & vins le mercredi 23 septembre au River Station Chocolat, Chambre de Cacao. Cocktail débutera à 18h00. L’accord de met & vins sera servi à 19h00. Frais d’inscription – 200 $ par joueur/joueuse. Met & Vin seulement – 100 $ par personne. Pour vous inscrire, s’il vous plait transmettre les enregistrements à directors@coalitionagainstabuse.com.  Les chèques doivent être payable à « la Coalition contre l’abus dans les relations » et être postés au : CAAR, 118, chemin Mountain, Moncton (N.-B.) E1C 2K7. Toute question peut être dirigée à 506.853.3584 http://www.coalitionagainstabuse.com/?lang=fr

Le Nouveau-Brunswick a un Groupe de travail sur la traite de personnes qui a pour mandat de sensibiliser les citoyens de la province à la question de la traite de personnes au Canada ainsi qu'à l’international. Pour lire les fiches de renseignements sur la traite de personnes, voir : http://bit.ly/1MyF1gB

Formation à l’approche Genre & développement : Genre en Action et ASTER-International organisent une formation tout public à « L’approche genre dans le développement local et social à l’international et social », qui aura lieu à Bordeaux du 12 au 15 octobre 2015, à l’occasion de la sortie de la version actualisée du Référentiel pour la formation des formateurs et des formatrices en Genre et Développement (2010). L’objectif de cette formation est d’apprendre à mieux prendre en compte l’égalité de genre dans les politiques, programmes et projets du développement local et de coopération internationale. Cette formation est éligible aux dispositifs d’appui à la formation professionnelle. Axé sur le développement international, le référentiel est également pertinent pour toutes les démarches d’intégration de l’égalité femmes-hommes. Télécharger la plaquette de présentation. S’inscrire en ligne. http://bit.ly/1Imp23p

Malala Yousafzai, la plus jeune lauréate du prix Nobel de la paix, a fêté son 18e anniversaire avec de jeunes réfugiées syriennes le dimanche 12 juillet. La jeune Pakistanaise, qui fut grièvement blessée en 2012 par des talibans, a inauguré une école destinée aux filles vivant dans les camps de réfugiés syriens informels installés dans la vallée de la Bekaa (est du Liban). Cette école baptisée «Malala Yousafzai All-Girls» accueillera plus de 200 Syriennes âgées de 14 à 18 ans, leur offrant éducation et formations professionnelles. http://bit.ly/1M1taIW

Les organismes, conseils et commissions (OCC) du Nouveau-Brunswick : Les femmes et les hommes les plus qualifiés et ayant une intégrité personnelle et professionnelle des plus élevées sont invités à poser leur candidature pour rendre service au public au sein des organismes, conseils et commissions (OCC) du Nouveau-Brunswick. Poste vacant : Membre du Tribunal des services financiers et des services aux consommateurs.  Créé en vertu de la Loi sur la Commission des services financiers et des services aux consommateurs (la Loi), le Tribunal se prononce sur des questions régies par les dispositions législatives sur les services financiers et les services aux consommateurs qui relèvent de la Commission des services financiers et des services aux consommateurs (la Commission) et entend les appels de décisions réglementaires prises par les membres du personnel de la Commission.  Les membres du Tribunal ont droit à une provision annuelle de 5 000 $ et à des frais de service de 350 $ pour chaque activité entreprise dans le cadre de leurs fonctions.  Les membres du Tribunal sont remboursés pour les dépenses qu’ils engagent afin de prendre part à des réunions et à des activités. Les membres seront appelés à se déplacer pour prendre part aux audiences et aux réunions. Pour poser votre candidature : Tribunal des services financiers et des services aux consommateurs. Pour d'autres opportunités, consultez le lien suivant : Opportunités actuelles d'OCC

Soirée surprise avec une vedette. Printemps 2016. 50 vedettes, 25 restaurants et une soirée inoubliable parmi les plus grands restaurants dans nos communautés. Avec seulement 500 billets vendus, ceci est une soirée exclusive que vous ne voulez pas manquer. Cette soirée passionnant va soutenir les Services de santé mentale pour les jeunes offerts par le Centre de ressources et de crises familiales Beauséjour. http://www.criseshediacrisis.org/fr/

Forum de concertation – Les voix des femmes du Nouveau-Brunswick – Contactez-nous : Édifice Sartain MacDonald, 551, rue King, Bureau 103,  Fredericton NB E3B 1E7, T. 506.462.5179, 1-844-462-5179,  F. 506.462.5069, C. forumdesfemmes@gnb.ca,  
www.voixfemmesnb-voiceswomennb.ca

 

Text images4

 

La proportion de femmes autochtones au sein des conseils de bande se compare favorablement avec celle des femmes dans les conseils municipaux au Nouveau-Brunswick. En 2014, dans les 15 Premières nations du Nouveau-Brunswick, 35 % des conseillers/conseillère et 40 % des Chefs élu(e)s aux conseils de bande étaient des femmes.
 

Visitez le Profil Égalité 
et envoyez-nous vos commentaires ICI

Text images3

 

 

LA CAMPAGNE PLACE AU DÉBAT A POUR BUT D’INCITER LES CHEFS POLITIQUES À S’ATTAQUER À LA QUESTION DES DROITS DES FEMMES

Les TUAC Canada, le Comité consultatif sur la condition féminine du Conseil national et les organisations associées au syndicat appuient Place au Débat. Il s’agit d’une campagne nationale qui vise à sensibiliser la population sur les droits des femmes en prévision des élections fédérales de 2015. Place au Débat demande aux partis politiques de s’engager à participer à un débat sur les enjeux touchant les femmes, le premier en plus de 30 ans, et à prendre des engagements concrets pour améliorer les conditions de vie des femmes d’ici comme de l’étranger. 

Pourquoi tenir un débat de ce genre? Les femmes représentent la moitié de la population et de la main-d’œuvre du pays. Or, lors des derniers débats des chefs de partis fédéraux, le mot femmes n’a guère été prononcé.

Nous demandons à tous les partis politiques d’expliquer en détail ce qu’ils comptent faire pour réaliser les objectifs suivants :

  • Éliminer les inégalités économiques que vivent les femme
    S’attaquer aux inégalités économiques et aux écarts salariaux qui se creusent, notamment entre les femmes elles-mêmes. Reconnaître la contribution des femmes à l’économie et à la société, et financer les services publics et les programmes sociaux qui permettent aux femmes de se sortir de la pauvreté, notamment par la mise sur pied d’un programme universel de garde d’enfants, d’un programme de logement abordable, et d’une politique d’immigration plus équitable.
  • Mettre fin aux violences envers les femmes
    Adopter une approche holistique, dotée de ressources adéquates, pour s’attaquer aux causes profondes des violences envers les femmes au Canada, en particulier les niveaux de violence extrêmes à l’endroit des femmes et des filles Autochtones. Fournir un soutien aux survivantes, tenir les coupables responsables, contrer le sexisme qui perpétue la violence...
  • Soutenir le leadership des femmes et les organisations de défense des droits des femmes
    (…)

Suite : http://bit.ly/1Dflq2X

 

 

LA LUTTE CONTRE LA DISCRIMINATION FONDÉE SUR L'ORIENTATION SEXUELLE ET L'IDENTITÉ DE GENRE

(…) La protection des personnes LGBT contre la violence et la discrimination ne nécessite pas la création d'un nouvel ensemble de droits spécifiques pour les personnes LGBT, et non plus l'établissement de nouvelles normes internationales des droits de l'homme. Les obligations légales des États de devoir protéger les droits de l’homme des personnes LGBT sont déjà bien établies dans le droit international des droits de l'homme sur la base de la Déclaration universelle des droits de l'homme ainsi que par les traités internationaux relatifs aux droits de l'homme. Toute personne, quel que soit son sexe, orientation sexuelle ou identité de genre, a le droit de bénéficier des protections prévues par le droit international des droits de l'homme, y compris en ce qui concerne les droits à la vie, à la sécurité de la personne et à la vie privée, le droit à ne pas être soumis à la torture et à des arrestations et détentions arbitraires, le droit de ne pas faire objet de discrimination et le droit à la liberté d'expression, de réunion pacifique et d'association.

Les obligations légales principales des États à l'égard de la protection des droits de l’homme des personnes LGBT comprennent:

  • Prévenir la torture et les traitements cruels, inhumains et dégradants.
  • Abroger les lois qui criminalisent l'homosexualité et les personnes transgenres.
  • Interdire la discrimination fondée sur l'orientation sexuelle et l'identité de genre.
  • Protéger la liberté d'expression, d'association et de réunion pacifique pour toutes les personnes LGBT.

Les progrès récents

Ces dernières années, de nombreux États ont fait des efforts pour renforcer la protection des droits de l'homme des personnes LGBT. Une série de nouvelles lois ont été adoptées - y compris des lois interdisant la discrimination, pénalisant les crimes haineux à caractère homophobe et transphobe, reconnaissant les couples de même sexe, et rendant plus facile, pour les personnes transgenres, d’obtenir des documents officiels reflétant leur genre préféré. (…)

Suite : http://bit.ly/1fPfJ0M

« Discrimination et violence à l’encontre de personnes en raison de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre - Rapport du Haut-Commissariat aux droits de l’homme » : http://bit.ly/1IugMKn

Lire la réponse du Canada auprès du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme : http://bit.ly/1MXwx0A (le français suit l’anglais)

 

 

UN CENTRE POUR LES JEUNES MÈRES EN DIFFICULTÉ

Le mouvement communautaire pour les femmes YWCA Moncton ouvrira un établissement offrant des services aux mamans dans le besoin et à leurs enfants.

Après presque 100 ans d’existence sur la rue Highfield, YWCA Moncton a fait un bond vers l’avenir. L’organisme de services pour les femmes s’installe dans un nouvel édifice au 135 rue Kendra, et le transforme en lieu d’accueil pour les jeunes mères isolées.

Le bâtiment de 2166 m², qui abritait des prêtres retraités, comprend 15 appartements individuels qui seront destinés à des femmes enceintes ou avec des enfants en bas âge, et vivant seules.

«Ces nouveaux locaux permettront de réunir tous nos services sous un même toit, tout en offrant des logements à l’une des populations les plus vulnérables de notre communauté», annonce Jewell Mitchell, directrice générale du YWCA.

L’organisme offrira différents programmes pour aider les résidentes à reprendre contrôle sur leurs vies. Les 10 employés et la soixantaine de bénévoles que compte le YWCA proposeront des sessions d’aide à l’emploi, des ateliers pour apprendre à gérer un budget ou cuisiner sainement.

Tara-Lynn Pitre animera un moment de rencontre consacré à la communication et l’estime de soi. «Avec ces activités, elles se sentiront moins seules. Ça les aidera à refaire surface, à reprendre confiance»

Un programme de garde et d’apprentissage pour les enfants âgés de moins de 5 ans sera mis en place. Certaines femmes pourront compléter leur formation de niveau secondaire. Santé, emploi, aptitudes à la vie quotidienne, les services doivent permettre aux jeunes mamans de mieux s’intégrer.

«On veut leur donner les outils pour atteindre leur plein potentiel, explique Marisa Piccini, gérante de fonds pour YWCA. «Il faut briser le cycle de la pauvreté, qui se transmet souvent d’une génération à l’autre. En intervenant tôt auprès des jeunes femmes, on espère les aider à s’en sortir.» (…)

Suite : http://bit.ly/1M1t3Ny

 

 

 

EN FIN DE COMPTE

« Lorsque les femmes sont exclues ou lorsqu’elles ne peuvent pas participer,
la capacité des sociétés d’innover, de réformer et de s’adapter est limitée inutilement. »

-Mark Rutte

Premier ministre des Pays-Bas

 

Pour désabonner, cliquez ici.
Abonnez-vous au bulletin Women Femmes NB
Avez-vous des questions ou des commentaires?
Communiquez avec nous par courriel web-edf@gnb.ca ou sans frais 1-877-253-0266

Direction de l'égalité des femmes
551, rue King, suite A | Fredericton, N.-B. E3B 5H1