Gouvernement du Nouveau-Brunswick

Direction de l'égalité des femmes
Vous recevez ce bulletin parce que vous êtes inscrite.
Vous n’êtes plus intéressée? Se désabonner
  Abonnez-vous au bulletin Women Femmes NB

Newsletter Banner-F

 

WOMEN FEMMES NB

 

 

DANS CE NUMÉRO :

Article en vedette :
Crises familiales: une année record à Shediac


Avis  

Le saviez-vous ?

Actualités :
    - Un sondage hallucinant pour mieux comprendre la culture du viol
    - Le Canada élu à la Commission de la condition de la femme des Nations Unies
    - Pourquoi les hommes sont de plus en plus féministes ?     

Réflexions

 

Crises familiales: une année record à Shediac

Le Centre de ressources et de crises familiales Beauséjour de Shediac vient de vivre son année la plus achalandée. Pas moins de 2276 interventions ont été effectuées du 1er janvier au 31 décembre 2015, soit un peu plus de six interventions par jour en moyenne.

La directrice générale se dit fière du bilan de son équipe. Des plans pour la construction d’un centre d’hébergement plus spacieux, avec des infrastructures adaptées, sont en préparation.

L’étude de faisabilité est concluante et un lieu qui pourrait accueillir le bâtiment devrait être identifié en cours d’année.

Les coûts du projet sont estimés à 1,4 million$; 265 000$ ont été amassés jusqu’à présent. Les détails doivent encore être finalisés, indique Kristal LeBlanc.

«Je suis certain que les gens n’auraient jamais imaginé que nous verrions à un moment donné autant de clients franchir les portes de notre Centre à la recherche d’aide. Pourtant, c’est ce qui s’est produit.»

Le Centre n’a cessé de croître depuis sa fondation en 1997; les initiatives se sont multipliées depuis.

Derniers exemples à date, les organisateurs ont dévoilé au printemps trois grands panneaux d’affichage érigés en bordure de la route, mettant en vedette une centaine d’hommes – dont des élus municipaux – dénonçant la violence familiale.

En octobre, une centaine d’homme et de garçons ont défilé sur la rue principale en talons hauts rouges, dans le cadre du 4e «Marchons un mille dans ses souliers».

L’initiative visant à sensibiliser la population aux parcours difficiles des survivantes de la violence conjugale a permis d’amasser 23 500$.

Un guide de bienvenue pour les nouveaux arrivants, mettant l’accent sur les relations saines et malsaines, a également été réalisé, ainsi qu’une courte vidéo démontrant l’engagement des hommes dans les maisons d’hébergement. (…)

Suite: http://bit.ly/1YCZcxu

 

Retour en haut

 

 

AVIS

Le Gala des métiers et technologies pour filles – Fredericton (Cet évènement est en français). Il y aura un Gala des métiers et technologies pour filles le jeudi 21 avril de 17h30 à 20h à l’École Saint-Anne. Toutes jeunes filles du secondaire de la 9e année à la 12e année sont invitées de venir explorer des carrières non-traditionnelles et de rencontrer des femmes fascinantes qui travaillent dans ces domaines. Cet événement est gratuit et un souper de pizza sera fourni. Pour vous inscrire ou pour plus d’information, veuillez visiter notre site Web ou envoyez un courriel au web-edf@gnb.ca ou appelez le (506) 453-8126

#Onestprêtes! Nouvelle trousse d’information, Projet Participation inclusive à la vie municipale, disponible ici : http://bit.ly/1SNNHPm . Ce petit guide à l’intention des femmes qui veulent se présenter en politique municipale est complémentaire à la formation On est prêtes.

Atelier: Introduction aux conseils d’administration pour les femmes.  Animé par Aldéa Landry, l’atelier cible les femmes qui souhaitent siéger sur des conseils d’administration et qui veulent savoir à quoi il faut s’attendre une fois devenue membre, et comment cela peut aider leur carrière.
·    Fredericton (en anglais) le mercredi 20 avril, 13h à 16h, Planet Hatch, 30$.
·   Saint John (en anglais) le mardi 31 mai de 9h à 12h, ConnectionWorks au 1, rue Germaine,
    troisième étage.
Places limitées, réservez dès maintenant ! Contactez : sarah.coreyhollohan@cbdc.ca ou 506-452-3918.

À voix égales invitera à Ottawa 338 jeunes femmes provenant d’un océan à l’autre précisément afin de prendre sa place au Parlement. Une jeune femme dans chacune des 338 circonscriptions fédérales au Canada sera choisie dans le but de représenter sa communauté et communiquer sa vision pour l’avenir du pays. Les candidates choisies participeront à un forum national exceptionnel sur le leadership sur la Colline Parlementaire les 7 et 8 mars 2017. Ce forum leur offrira l’occasion d’interagir entre autres avec des femmes parlementaires occupant des postes de leadership. Pour en savoir plus ou pour s’inscrire, visitez : http://www.heritieresdusuffrage.ca/

Le Service public d’éducation et d’information juridiques du Nouveau-Brunswick (SPEIJ-NB) est fier d’offrir les ateliers suivants en droit de la famille pendant le mois d’avril: 
·   Fredericton – 20 avril 2016, 19h – 21h – Separation: Legal Considerations  à UNB, Ludlow Hall
·   Moncton – 20 avril 2016, 18h30 – 20h30 – Changing a Child Support Order à la Bibliothèque
    publique de Moncton
·   Saint John – 27 avril 2016, 18h30 – 20h30 – Separation: Legal Considerations  à la Bibliothèque
    publique de Saint-John, succursale est
Vous devez vous préinscrire pour les ateliers. Pour s’inscrire, complétez le formulaire électronique ou téléphonez la ligne sans frais en droit de la famille au 1-888-236-2444.

Condition féminine Canada aimerait recevoir des projets qui donneront aux femmes les outils nécessaires pour participer plus activement à la vie démocratique et publique du Canada. Les organismes peuvent proposer un projet en vertu du Volet 1 de cet appel de propositions – Outiller les femmes autochtones pour renforcer les communautés – en présentant un dossier de candidature d’ici le 1er juin. Les organismes peuvent proposer un projet en vertu du Volet 2 – Outiller les femmes pour la vie politique et Outiller les femmes pour l’action communautaire – en présentant un dossier de candidature d’ici le 2 mai. Pour en savoir plus : http://bit.ly/1Kv5NZ3 ou http://swc-cfc.gc.ca/fun-fin/cfp-adp/2016-1/index-fr.html

Prix de la Semaine de sensibilisation à la situation des personnes handicapées. Pour souligner la Semaine de sensibilisation à la situation des personnes handicapées, le Comité directeur de la SSSPH et le Conseil du Premier ministre sur la condition des personnes handicapées vous offrent l’occasion de soumettre la candidature d’une personne, d’une organisation ou d’une communauté pour un prix provincial ou le Prix de l'honorable Andy Scott. Vous connaissez quelqu'un qui mérite d’être reconnu pour leur service et leur engagement envers les personnes ayant un handicap? Remplissez le formulaire de mise en candidature sur le site Web à www.gnb.ca/conseil et soumettez-le avant le 6 mai 2016.

Perspectives actuelles au sein des organismes, conseils et commissions (OCC) du Nouveau-Brunswick : Les femmes et les hommes les plus qualifiés et ayant une intégrité personnelle et professionnelle des plus élevées sont invités à poser leur candidature pour rendre service au public au sein des organismes, conseils et commissions (OCC) du Nouveau-Brunswick. Pour plus d'informations, consultez le lien suivant : Opportunités actuelles d'OCC

Forum de concertation – Les voix des femmes du Nouveau-Brunswick : Contactez-nous : Édifice Sartain MacDonald, 551, rue King, Bureau 103,  Fredericton NB E3B 1E7, T. 506.462.5179, 1-844-462-5179,  F. 506.462.5069, C. forumdesfemmes@gnb.ca,  www.voixfemmesnb-voiceswomennb.ca

 

Retour en haut
 

Text images4

 

En 2012 au Nouveau-Brunswick, 492 agressions sexuelles (de niveaux 1 à 3) ont été rapportées à la police. La victime était de sexe féminin (tous âges confondus) dans 82 % des cas.
 
Text images3

 

Actualités :

Un sondage hallucinant pour mieux comprendre la culture du viol

Parmi les Français sondés, 21 % croient que les femmes peuvent prendre du plaisir à être forcées et 19 % des personnes interrogées jugent que «beaucoup de femmes disent “non” mais ça veut dire “oui”».

L’association Mémoire traumatique et victimologie a réalisé une enquête en forme de photographie des représentations des Français sur le viol et les violences sexuelles. Consternants, les résultats de ce sondage Ipsos réalisé auprès d’un échantillon de 1 001 personnes sur Internet, entre le 25 novembre et le 2 décembre 2015, ont fait beaucoup de bruit dans l’Hexagone, car ils ont mis la société française en face d’une réalité dont elle ne peut plus s’échapper: la culture du viol y est bien implantée.

Pour beaucoup, la victime est encore souvent considérée comme coupable, que ce soit d’avoir menti, d’avoir provoqué ou d’avoir soi-disant consenti. Un Français sur trois (32 %) estime par exemple qu’il est fréquent de voir une victime accuser à tort son agresseur avec pour seule motivation la déception amoureuse ou la vengeance. Deux Français sur cinq (40 %) jugent que lorsqu’une femme affiche une attitude provocante en public, elle déresponsabilise en partie son violeur. Un Français sur cinq (21 %) croit qu’avoir un rapport sexuel avec une personne qui dit clairement être non consentante, mais qui cède quand on la force, ce n’est pas un viol, mais tout au plus une agression sexuelle.

Autrement dit, le fait de céder constitue pour ces dernières personnes un comportement disqualifiant le viol. Cela sous-entend que la notion de contrainte est mal comprise par la population française, de même que la différence entre un viol et une agression sexuelle (le viol se distingue des autres agressions sexuelles en ce qu’il suppose un acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu’il soit, commis également avec violence, contrainte, menace ou surprise). (…)

Suite : http://bit.ly/1SNNJGT  


Retour en haut

 

Le Canada élu à la Commission de la condition de la femme des Nations Unies

Un siège à la Commission permettra au Canada de contribuer davantage à l’avancement des droits des femmes et des filles

Le Canada a été élu membre de l’organe directeur qui établit les priorités de la Commission de la condition de la femme de l’ONU (Organisation des Nations Unies). L’obtention de ce siège renforcera l’influence du Canada sur le travail de la Commission visant à faire progresser les droits des femmes et des filles partout dans le monde.

L’honorable Patty Hajdu, ministre de la Condition féminine, a annoncé lors de la soixantième session de la Commission que le Canada solliciterait un siège dans le cadre de son engagement envers la promotion de l’égalité des sexes, au pays et dans le monde entier. (…)

Les faits en bref

  • Le Canada siégera comme membre de l’organe directeur de la Commission de la condition de la femme des Nations Unies de 2017 à 2021.
  • Le Canada a annoncé qu’il souhaitait obtenir un siège à la Commission lors de la soixantième session de la Commission, qui s’est tenue à New York du 14 au 24 mars 2016.
  • Le premier ministre Justin Trudeau a participé activement à cette soixantième session de la Commission, où il a été désigné « champion » de la campagne HeForShe d’ONU Femmes. HeForShe est un mouvement de solidarité exhortant les hommes et les garçons à lutter contre les inégalités profondes dont les femmes et les filles sont encore victimes dans le monde.
  • Établie en 1946, la Commission de la condition de la femme de l’ONU est le principal organe intergouvernemental consacré exclusivement à la promotion de l’égalité des sexes et à l'autonomisation des femmes dans le monde. La Commission joue un rôle déterminant dans la promotion des droits des femmes. Elle documente la réalité vécue par les femmes du monde entier et contribue à l'établissement de normes mondiales relatives à l'égalité des sexes, ainsi qu’à l'autonomisation des femmes.

Suite : http://bit.ly/1VxVvvq

 

 

Retour en haut

Pourquoi les hommes sont de plus en plus féministes ?

Homme et féminisme. En apparence, deux termes que la sémantique oppose. Mais au regard de l’évolution sociétale française, ce syncrétisme prend tout son sens. Car oui, le féminisme est aussi une histoire d’hommes et pas seulement “un truc de nanas poilues et méchantes”, rappelle avec humour Ophélie Latil, l’une des porte-paroles du collectif féministe Georgette Sand. Les hommes ont joué, jouent et joueront un rôle prépondérant notamment dans la lutte pour l’égalité des sexes dans une société encore dominée par les discriminations, les privilèges et les stéréotypes. “A la fin de la IIIème République, les hommes ont commencé à s’impliquer dans les mobilisations féministes à l’image de Léon Richer qui impulse alors une dynamique collective pour le droits des femmes (…)”, comme le souligne le sociologue Alban Jacquemart, auteur de l’ouvrage Les hommes dans les mouvements féministes. La part de ces militants féministes va diminuer et atteindre environ 10% dans les années 30. Ils resteront minoritaires dans les années 70.

“On ne nait pas féministe, on le devient”

Aujourd’hui encore, autant il est difficile de quantifier les hommes se réclamant du féminisme qu’il est délicat d’en définir les différentes formes auxquels ils sont susceptibles d’adhérer. Car il existe bien plusieurs visages de ce mouvement. Selon Christine Delphy, sociologue, avant de se revendiquer de toute forme de féminisme, il est essentiel que les hommes “connaissent les théories féministes et prennent le travail des féministes et des femmes au sérieux” tout en ayant conscience “de leur bénéfice et de leur part dans l’oppression” subie par les femmes. Elle indique que “c’est le chemin à parcourir pour s’attaquer aux sexismes à l’intérieur et l’extérieur de nous”.

Être sensibilisé aux inégalités est donc un premier pas pour certains vers un féminisme engagé ou revendiqué, comme Romain Sabatier, secrétaire général du Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes : “J’ai été embauché par la députée Danielle Bousquet. Je passais de sujets en sujets et je remarquais des inégalités folles. Je me suis demandé comment tout cela ne m’avait pas sauté aux yeux avant. Depuis, mon engagement s’est structuré autour des inégalités sociales”. (…)

Suite : http://bit.ly/1TYkWVw  


 

Réflexions

« Le jour viendra où les hommes reconnaîtront les femmes comme leurs collègues, non seulement comme partenaires à la maison, mais aussi au sein de conseils de la nation. C’est seulement à partir de ce moment-là qu’il y aura une camaraderie exemplaire, une union idéale entre les hommes et les femmes, qui permettra d’exploiter le plein potentiel de l’humanité. »

-Susan B. Anthony

 

 

Pour désabonner, cliquez ici.
Abonnez-vous au bulletin Women Femmes NB
Avez-vous des questions ou des commentaires?
Communiquez avec nous par courriel web-edf@gnb.ca ou sans frais 1-877-253-0266

Direction de l'égalité des femmes
551, rue King, suite A | Fredericton, N.-B. E3B 5H1