Gouvernement du Nouveau-Brunswick

Direction de l'égalité des femmes
Vous recevez ce bulletin parce que vous êtes inscrite.
Vous n’êtes plus intéressée? Se désabonner
Abonnez-vousau bulletin Women Femmes NB

Newsletter Banner-F

 

WOMEN FEMMES NB

 

 

DANS CE NUMÉRO :

  • FAVORISER L’ACCÈS DES FEMMES AUX POSTES SUPÉRIEURS
  • AVIS
  • LE SAVIEZ-VOUS ?
  • « TRAITÉES COMME DES MOINS QUE RIEN » - LES FAMILLES DES VICTIMES AUTOCHTONES OUTRÉES DU TRAVAIL DES POLICIERS
  • NIGERIA : UN AN SANS NOUVELLES DE PLUS DE 200 LYCÉENNES
  • PARMI LES HAUTS DIRIGEANTS AUX ÉTATS-UNIS, IL Y A AUTANT D’HOMMES PRÉNOMMÉS JOHN QUE DE FEMMES

____________________________________________________________________________________

 

FAVORISER L’ACCÈS DES FEMMES AUX POSTES SUPÉRIEURS

Des femmes qui sont présidentes d’université, rectrices ou directrices de département, il n’y en a pas beaucoup, et c’est pourquoi l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF) a mis sur pied un programme faisant la promotion de l’accès des femmes aux postes de responsabilité en enseignement supérieur. Regards sur cette proposition novatrice.

Selon l’AUF, la proportion des femmes dans les hautes fonctions universitaires demeure faible, et ce, même dans les pays où l’égalité hommes-femmes est depuis longtemps bien intégrée. Par exemple, en France, au Canada, en Belgique et au Vietnam, seuls 23 % des professeurs sont des femmes. Pour ce qui est des postes de présidence ou de rectorat, c’est le Canada qui fait meilleure figure avec la toute petite proportion de 19 %. Pour l’AUF, il y a urgence d’agir.

Tout a débuté avec un partenariat entre l’AUF et l’Organisation universitaire interaméricaine (OUI), qui ont signé une convention pour la promotion des femmes aux postes de responsabilité dans les établissements d’enseignement supérieur. Cette collaboration s’articulera autour d’activités de formation et de recherche. Tout d’abord, en matière de formation, au départ, l’OUI proposait une formation à distance de 2e cycle. L’AUF a voulu adapter et traduire cette formation. Depuis la rentrée universitaire de 2013, on propose donc au public francophone la formation « Genre et leadership universitaire » et l’AUF en fait la promotion au sein même de son réseau. De plus, en matière de recherche, l’OUI a mis sur pied l’Observatoire genre et direction dans les établissements d’enseignement supérieur des Amériques, sous l’égide de son organisme interne, Espace des femmes leaders des institutions d’éducation supérieure des Amériques (EMULIES). Les travaux de cet observatoire ont permis de définir un ensemble d’indicateurs sur le genre, le leadership et l’égalité entre les sexes dans le domaine de l’enseignement supérieur. (…)

Suite : http://bit.ly/1yqypwx

 

 

AVIS

Le Gala des métiers et technologie pour filles – Saint John (Cet évènement est en anglais seulement). Il y aura un Gala des métiers et technologies pour filles le jeudi 16 avril de 17h30 à 20h à NBCC Saint John. Toutes jeunes filles du secondaire de la 9e année à la 12e année sont invitées de venir explorer des carrières non-traditionnelles et de rencontrer des femmes fascinantes qui travaillent dans ces domaines. Cet événement est gratuit et un souper de pizza sera fourni. Pour vous s’inscrire ou pour plus d’information, veuillez visiter notre site Web : http://bit.ly/1b51PFU ou envoyez un courriel à kate.mclean@gnb.ca ou appelez au (506) 462-5910.

Le Service public d'éducation et d'information juridiques du Nouveau Brunswick offre les ateliers suivants en avril:
· Moncton – le 22 avril  - Doing your own Divorce 
· Bathurst – le 23 avril  - Separation: Legal Considerations
· Fredericton - le 30 avril  -  Preparing for a Family Court Hearing
· Edmundston - le 30 avril  -   Séparation : considérations juridiques
Cliquez ici pour s'inscrire.

Les organismes, conseils et commissions (OCC) du Nouveau-Brunswick : Les femmes et les hommes les plus qualifiés et ayant une intégrité personnelle et professionnelle des plus élevées sont invités à poser leur candidature pour rendre service au public au sein des organismes, conseils et commissions (OCC) du Nouveau-Brunswick. Poste vacant – New Brunswick Community College , Membres du NBCC Board of Governors.  En mai 2010, la Loi sur les collèges communautaires du Nouveau-Brunswick a été proclamée, créant ainsi deux sociétés collégiales distinctes, chacune dirigée et gérée par un conseil des gouverneurs, et définissant le cadre dans lequel opèrent les deux sociétés. Les membres du Conseil reçoivent un honoraire de 250$ par journée de réunion et sont remboursés pour leurs dépenses pour assister à des réunions ou à des activités. Pour poser votre candidature : New Brunswick Community College. Pour d'autres opportunités, consultez le lien suivant : Opportunités actuelles d'OCC

Nouvelle trousse : Vous n’êtes pas seule - une trousse pour les femmes autochtones fuyant la violence conjugale, fournit aux femmes autochtones des ressources de planification communautaire de sécurité qui traitent de la violence conjugale. Cette trousse inclut aussi un Qui est qui : guide des ressources en violence conjugale, qui inclut les services disponibles pour les femmes autochtones dans chaque province et territoire. Copie électronique de la trousse sera disponible en ligne au : www.nwac.ca. Pour plus de détails ou pour passer une commande, veuillez communiquer avec : Cherry Smiley, Chef de projet – Prévention de la violence et sécurité Association des femmes autochtones du Canada au csmiley@nwac.ca | 613-722-3033, poste 234 | Sans frais : 1-800-461-4043 | Fax : 613-722-7687

Le forum fédéral-provincial-territorial des ministres responsables de la condition féminine vous invite à inscrire ceci à votre calendrier : Échange de connaissances sur la violence sexuelle, Mercredi 17 juin 2015 de 8 heures à 16 heures (heure normale du Centre), Centre des congrès RBC Winnipeg. Cet échange dynamique et opportun rassemblera les plus éminents esprits au pays dans le but de mieux faire connaître et comprendre la violence sexuelle dans le contexte canadien. Plus de détails seront donnés au sujet des conférenciers et de la façon de s’inscrire. Environ 200 places seront disponibles pour la participation en personne. L’échange sera diffusé sur le Web pour promouvoir une plus grande participation. La participation sera gratuite. http://www.gov.mb.ca/msw/publications/save_the_date.fr.pdf

Forum de concertation – Les voix des femmes du Nouveau-Brunswick – Contactez-nous : Édifice Sartain MacDonald, rue 551 King, Suite 103,  Fredericton NB E3B 1E7, T. 506.462.5179, F. 506.462.5069, C. Info@voixfemmesnb-voiceswomennb.ca, www.voixfemmesnb-voiceswomennb.ca

 

Text images4
Did you know-f3

 

En 2013, 454 cas d'agression sexuelles ont été signalés au Nouveau-Brunswick, donnant un taux de 60 cas pour 100 000 habitants, comparativement à 61 pour 100 000 en moyenne au Canada.
 
 

Visitez le Profil Égalité 
et envoyez-nous vos commentaires ICI

Text images3

 

« TRAITÉES COMME DES MOINS QUE RIEN » - LES FAMILLES DES VICTIMES AUTOCHTONES OUTRÉES DU TRAVAIL DES POLICIERS

Les services de police de partout au pays obtiennent une mauvaise note pour leurs efforts afin de résoudre les cas de femmes autochtones disparues ou assassinées, selon un sondage réalisé par CBC auprès de plus de 110 familles de victimes.

Un questionnaire demandant de noter la qualité du travail des policiers sur 10, 10 étant la meilleure note, a été remis à ces familles. En moyenne, la note octroyée est de 2,8.

« J'ai l'impression que la police n'est pas intéressée par quoi que ce soit à propos des Autochtones », dit Maria Pia Benuen. Sa meilleure amie, Henrietta Millek, est disparue à Saint-Jean en 1982, un cas qui n'a toujours pas été résolu.

CBC News a identifié 230 exemples de cas non résolus de femmes autochtones disparues ou assassinées dont certains remontent à 1951.

Cas non résolus par province :
· Colombie-Britannique 65
· Alberta 51
· Manitoba 44
· Saskatchewan 29
· Ontario 25
· Québec 6
· Territoires du Nord-Ouest 5
· Yukon 3
· Terre-Neuve-et-Labrador 1
· Nouvelle-Écosse 1
· Nunavut 1

Appelés pour la première fois

De nombreuses familles de femmes disparues ou assassinées ont affirmé qu'avec l'appel d'un journaliste de CBC, c'était la première fois que quelqu'un les contactait au sujet de la disparition de leur proche.

Nancy Dumas est disparue à Lynn Lake en 1987 et son cas demeure non résolu.

Environ 70 % des familles ont dit souhaiter la mise sur pied d'une enquête nationale sur cette question, une demande qui a été rejetée par le gouvernement fédéral.

Le cas le plus ancien étudié par CBC est celui de Margaret Blackbird, en 1951, en Saskatchewan. Elle avait 21 ans lorsqu'elle est disparue de Loon Lake et n'a jamais été revue (…)

Suite : http://bit.ly/1DRn6j2

 

NIGERIA : UN AN SANS NOUVELLES DE PLUS DE 200 LYCÉENNES

Les 200 jeunes filles, âgées de 12 à 17 ans, avaient été enlevées le 14 avril 2014 dans leur lycée dans l’Etat de Borno.

Rappel des événements depuis l’enlèvement dans le nord-est du Nigeria de plus de 200 adolescentes, en avril 2014, par le groupe islamiste armé Boko Haram.

Au total, 276 adolescentes ont été enlevées, provoquant une indignation internationale et une campagne sur les réseaux sociaux baptisée #bring back our girls (« Ramenez-nous nos filles »). 219 sont toujours portées disparues.

– 14 avr: 276 jeunes filles âgées de 12 à 17 ans sont enlevées par des hommes armés qui ont attaqué leur lycée de Chibok, dans l’Etat de Borno (nord-est), fief de Boko Haram. Les assaillants obligent les lycéennes à sortir et les font monter dans des camions,  avant de s’enfoncer dans la végétation dense de cette région. Plusieurs dizaines d’adolescentes réussissent à s’enfuir.

– 29 avr: Les parents dénoncent l’inaction des autorités, s’inquiétant des informations évoquant la vente et le mariage forcé de leurs filles dans des pays frontaliers.

– 1er mai: Des centaines de parents protestent à Chibok, appelant à l’aide le gouvernement et la communauté internationale.

– 5 mai: Le chef de Boko Haram Abubakar Shekau revendique le kidnapping des lycéennes, qu’il veut « vendre » comme « esclaves » et « marier » de force (vidéo).

– 9 mai: Amnesty International affirme que l’armée avait été informée de l’imminence d’une attaque de Boko Haram mais n’a pas réagi, notamment faute de moyens. L’armée rejette ces accusations.

L’ONU affirme que les exactions de Boko Haram peuvent « constituer des crimes contre l’humanité ».

– 10 mai: Des experts français du renseignement arrivent au Nigeria pour participer aux recherches. Des experts américains et britanniques sont sur place. La Chine et Israël ont aussi proposé leur aide.

– 12 mai: Le chef de Boko Haram diffuse une nouvelle vidéo d’une centaine de jeunes femmes présentées comme les lycéennes enlevées, affirmant les avoir converties à l’islam et exigeant la libération de prisonniers islamistes en échange de celle des jeunes filles. (…)

Suite : http://bit.ly/1H3bsAF
Voir aussi : http://bit.ly/1CENEy8

 

PARMI LES HAUTS DIRIGEANTS AUX ÉTATS-UNIS, IL Y A AUTANT D’HOMMES PRÉNOMMÉS JOHN QUE DE FEMMES

Il y a plus d’hommes prénommés John à la tête de grandes entreprises aux États-Unis qu’il n’y a de femmes occupant un même poste, rapporte le New York Times. Au sein des grandes entreprises américaines, on retrouve même quatre fois plus d’hommes dont les prénoms sont John, Robert, William et James que de femmes parmi les hauts dirigeants.

En abordant les inégalités hommes/femmes sous l’angle des prénoms, il est ainsi possible de constater qu’un plafond de verre tenant les femmes à l’écart des postes de directions existe toujours au sein des grandes organisations.

Cette analyse du New York Times s’inspire d’une étude du cabinet Ernst&Young, publiée en février. L’étude concluait que les femmes comptent pour seulement 16 % des membres des conseils d’administration des entreprises de la S&P 1500 (qui représentent 90 % de toutes les actions inscrites à la bourse aux États-Unis).

Comme le souligne le New York Times, ce plafond de verre observé dans le monde des affaires existe aussi en politique. Les Américains, qui n’ont jamais été gouvernés par une femme, ont pourtant eu six présidents nommés James, cinq nommés John et quatre nommés William.  Même si Hilary Clinton en venait à être élue lors des prochaines élections présidentielles, le ratio de femmes en politique demeurerait extrêmement bas. Les femmes sont également sous-représentées au Sénat, à la Chambre des représentants, au sein de la magistrature et dans les départements d’économie des grandes universités américaines.

Par ailleurs, l’analyse du New York Times, bien qu’imparfaite, révèle que les femmes sont très fréquemment exclues des prises de décisions qui déterminent pourtant l’avenir de leur société.

http://bit.ly/1CJPEE6

 

 

EN FIN DE COMPTE

« C'est le rêve qui nous fait avancer, mais on n'avance pas en rêvant. »
 – René Lévesque, ancien premier ministre du Québec.

 

 

Pour désabonner, cliquez ici.
Abonnez-vous au bulletin Women Femmes NB
Avez-vous des questions ou des commentaires?
Communiquez avec nous par courriel web-edf@gnb.ca ou sans frais 1-877-253-0266

Direction de l'égalité des femmes
551, rue King, suite A | Fredericton, N.-B. E3B 5H1