MONCTON (CNB) – Une première pelletée de terre symbolique marquant le début des travaux d'agrandissement du Centre de formation médicale du Nouveau-Brunswick a eu lieu aujourd'hui.

« Ce projet contribuera à assurer l'avenir de l'excellence de l'enseignement de la médecine en français chez nous », a affirmé la ministre de l'Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail, Martine Coulombe. « Nous sommes engagés à travailler avec l'Université de Moncton afin que le partenariat avec l'Université de Sherbrooke continue de produire des résultats de haute qualité comme ceux des dernières années. »

Le financement de 6 966 000 dollars pour cet édifice provient du ministère de l'Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail.

« L'Université de Moncton est heureuse de pouvoir accueillir sur son campus des étudiantes et des étudiants francophones de l'Acadie qui peuvent poursuivre leurs études en médecine dans leur langue et dans leur milieu », a déclaré le recteur de l'Université de Moncton, Yvon Fontaine. « Appuyé de ses partenaires, le Centre de formation médicale du Nouveau-Brunswick est en pleine croissance. En 2006, les premiers étudiants franchissaient les portes du Centre et déjà, de nouveaux espaces sont en construction afin de bonifier la capacité d'enseignement. Les travaux d'agrandissement permettront d'offrir de nouveaux laboratoires, des salles d'études, un amphithéâtre, des espaces pour la recherche et des espaces de bureaux. »

L'agrandissement est d'une superficie d'environ 1675 mètres carrés (18 000 pieds carrés). La fin des travaux est prévue pour le mois d'août 2012. La nouvelle section rattachée au côté est de l'édifice existant sera donc fonctionnelle pour le rentrée des étudiantes et des étudiants en septembre prochain.

Situé dans le pavillon J.-Raymond-Frenette du campus de Moncton, le Centre de formation médicale du Nouveau-Brunswick a été créé grâce à un projet innovateur entre l'Université de Moncton, la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l'Université de Sherbrooke et le gouvernement provincial. Jusqu'à 96 étudiantes et étudiants le fréquentent chaque année.