Gouvernement du Nouveau-Brunswick

La vision

La vision de la PSI est de favoriser la croissance et le développement positifs des enfants et des jeunes ayant des besoins multiples, au moyen de l’incidence collective des partenaires qui conjuguent leurs efforts de façon intégrée, ainsi que d’une approche axée sur l’enfance et la jeunesse, en vue de développer et de mettre en œuvre des interventions appropriées basées sur les forces, les besoins et les risques des enfants et des jeunes ciblés.

La mission

Le cadre de PSI représente un engagement à :

  • Aborder les lacunes dans la prestation des services d’évaluation et d’intervention offerts aux enfants et aux jeunes aux prises avec des troubles affectifs et comportementaux au moyen d’une approche d’équipe concertée à laquelle participent le jeune, sa famille et la communauté.
  • Améliorer la capacité du système à agir en temps opportun, ainsi que d’une manière intégrée et efficace en fonction des forces et du profil des risques et des besoins des enfants, des jeunes et de leurs familles.
  • Encourager l’adoption d’approches de collaboration universelles favorisant des perspectives et des pratiques en matière de santé mentale positive en milieu scolaire et communautaire.

 

Services axés sur les enfants, les jeunes et les familles

  • La philosophie relative à la PSI et son application permettent de consolider l’engagement envers le développement harmonieux des enfants et des jeunes par le renforcement des pratiques positives universelles et complètes dans le domaine de la santé mentale et par la prestation de services d’évaluation et d’intervention adaptés et intégrés destinés aux enfants et aux jeunes aux prises avec des troubles affectifs et comportementaux, de même qu’à leurs familles.
  • Le niveau d’intensité des services doit correspondre au niveau des besoins des enfants et des familles à tous les paliers du système. L’accent est mis sur la structuration et la gestion des ressources interministérielles afin de permettre une intervention flexible en temps opportun.
  • Les approches ciblées en matière de risques et de besoins doivent être assorties de pratiques complémentaires d’évaluation, d’intervention et de gestion de cas qui s’appuient sur les forces et les capacités des enfants, des jeunes, de leurs familles et de l’ensemble de la collectivité.
  • Les approches axées sur les enfants et les jeunes visent la mobilisation et l’autonomisation des jeunes, des enfants et de leur famille. Dans certains cas, les services d’approche et la défense des droits sont nécessaires pour assurer leur participation et leur collaboration complètes en ce qui concerne les activités de prestation de services et de planification des interventions.

Approches d’équipe interprofessionnelle

  • Les interventions interdisciplinaires concertées ont un effet positif sur les processus de prestation de services et sur les résultats obtenus pour les enfants et les jeunes.
  • Une plus grande collaboration entre les professions vise à réduire les chevauchements, à faire une utilisation plus efficace des ressources limitées et à répondre aux besoins complexes des enfants et des jeunes avec plus d’efficacité.
  • Parmi les avantages des approches interdisciplinaires, mentionnons également :
    - l’accroissement des niveaux de satisfaction professionnelle et de confiance en soi; 
    - une meilleure connaissance et compréhension mutuelle du rôle des autres professions;
    - l’amélioration des communications à l’intérieur et à l’extérieur des professions concernées grâce à l’élaboration de notions, de valeurs, de perspectives et d’un langage communs.
  • Les pratiques et les concepts qui sont fondés sur des données probantes et sont tirés des modèles de prestation de services Traitement communautaire dynamique (TCD), Gestion de cas intensive et Modèle de traitement communautaire dynamique fonctionnel et flexible (TCDF) serviront à structurer et à orienter les pratiques de gestion de cas interdisciplinaires pour les équipes EJ.
Figure1F
Figure2F

Méthodes axées sur les forces

  • Le cadre de PSI met l’accent sur l’élaboration de modalités de counseling ou de service fondées sur les forces qui soulignent l’importance de faire appel aux capacités, aux intérêts et aux préférences des enfants et des jeunes pour réaliser et soutenir des changements positifs.
  • Les méthodes fondées sur les forces établissent que les enfants et les jeunes, et leurs contextes respectifs ont un éventail de ressources internes et externes qui leur sont propres et qui doivent être mises à profit dans le cadre du processus de planification des interventions.
  • Les applications thérapeutiques reconnues qui appuient les cadres axés sur les forces comprennent la thérapie axée sur la recherche de solutions, la thérapie du récit, la théorie de l’autodétermination, les méthodes de psychologie positive, les approches positives de développement chez les jeunes et les modèles de santé scolaire complets.
  • Le cadre de PSI reconnaît également qu’une gamme de facteurs de risque peut être associée à l’apparition de troubles oppositionnels et de conduite chez les enfants et les adolescents et que les facteurs de protection, c’est-à-dire les forces ou les ressources internes ou externes des jeunes et de leurs familles, peuvent servir à réduire ou à atténuer la présence de facteurs de risque en particulier.
  • Les approches fondées sur les forces sont caractérisées par des interactions respectueuses entre le clinicien et l’enfant ou le jeune qui valident les efforts de ce dernier afin de faire face aux difficultés et à l’adversité.
  • L’accent sur les forces permet aux fournisseurs de services d’aider les enfants, les jeunes et leur famille, et les membres de la communauté à établir des plans d’intervention individualisés concertés qui font appel aux ressources et aux capacités internes et externes. Dans le cadre de tels plans, les facteurs de risque et les besoins sont ciblés, et des possibilités sont créées pour permettre aux enfants et aux jeunes de cerner et d’appliquer leurs forces dans le contexte de leurs relations ainsi que de leur milieu familial, scolaire ou communautaire.
  • L’approche de gestion de cas axée sur les forces de la PSI s’attardera :
    - à mettre l’accent sur les forces de l’enfant ou du jeune et de sa famille plutôt qu’à la pathologie uniquement;
    - à considérer les communautés comme des partenaires et comme des sources d’espoir et de capacité;
    - à baser les interventions sur l’autodétermination de l’enfant ou du jeune;
    - à cadrer la relation entre le gestionnaire de cas et l’enfant ou le jeune comme un élément principal et essentiel;
    - à recourir aux services d’approche comme mode d’intervention privilégié;
    - à croire que les gens peuvent apprendre, se développer et changer;
    - à inclure des composantes basées sur les forces et les traumatismes pour permettre une évaluation éclairée.
  • Les approches axées sur les forces du cadre de PSI cherchent à créer des possibilités qui permettent aux parents et aux parents-substituts de prendre une part active dans la vie de leur enfant, le cas échéant, et de les voir comme des partenaires dans les processus décisionnels.
  • Les approches axées sur les forces cherchent à établir des attentes claires en matière de comportement, à enseigner des techniques et à renforcer des comportements prosociaux, à éviter le recours aux méthodes punitives pour corriger les comportements et à recourir à des méthodes de rétablissement pour renforcer des liens positifs avec les amis et les adultes en milieu familial, scolaire et communautaire.

Intensité des services

  • Le cadre de PSI permet d’ajuster l’intensité des services et des ressources offerts pour qu’ils correspondent aux besoins des enfants et des jeunes afin d’appuyer un fonctionnement d’adaptation soutenu en milieu familial, scolaire et communautaire. Cela implique la capacité et la flexibilité d’accroître les contacts des services avec les enfants et les jeunes, et d’avoir accès à des mesures de soutien supplémentaire lorsque les besoins de l’enfant ou du jeune justifient le recours à des services d’intervention plus intensifs.
  • Les approches de prestation de services doivent favoriser l’autodétermination de l’enfant et du jeune, et chercher à réduire l’intensité des services dans la vie des enfants, des jeunes et de leurs familles le plus tôt possible en fonction des besoins évalués.
  • Des protocoles appropriés relatifs au consentement et à la mise en commun de l’information seront établis entre les équipes EJ et les ministères participants, au besoin, pour faciliter la gestion concertée et pour déterminer les stratégies d’ajustement d’intensité et les soutiens à l’intervention correspondants. Ces politiques et protocoles se fonderont sur la législation et sur la mise en commun de l’information la plus à jour.