Gouvernement du Nouveau-Brunswick

« Les groupes d’aînés ont démontré qu’ils voulaient collaborer avec le gouvernement pour élaborer des politiques progressistes et réaliser des économies qui nous permettront d’améliorer la qualité de vie des personnes âgées tout en relevant les défis financiers que la province doit affronter. En travaillant ensemble, nous surmonterons ces défis. »

Premier ministre Brian Gallant
09 septembre 2015

En septembre 2015, à la suite de l’engagement pris par les groupes d’aînés de travailler ensemble pour élaborer une stratégie viable sur le vieillissement, trouver des gains d’efficacité et améliorer la qualité des soins au Nouveau-Brunswick, le gouvernement provincial s’est engagé à créer un conseil sur le vieillissement. Les coprésidents et les membres du Conseil sur le vieillissement ont été sélectionnés après un processus qui s’est soldé par plus d’une centaine de Néo-Brunswickois qui ont offert leur temps et leur expertise.

Le Conseil souhaite vivement que les intervenants participent à l’élaboration d’une stratégie sur le vieillissement qui permettra d’offrir de façon viable les meilleurs soins aux personnes âgées et qui permettra de les aider à demeurer plus longtemps chez elles. Cette stratégie servira de fondement à un cadre qui orientera toutes les mesures qui seront prises à l’égard des enjeux touchant les aînés et le vieillissement au Nouveau-Brunswick.

Le Conseil demeure résolu à entendre les commentaires des organismes intéressés. Si vous voulez nous transmettre vos idées, n’hésitez pas à envoyer un courriel au Conseil à l’adresse conseilsurlevieillissement@gnb.ca

 

  • Le Conseil sur le vieillissement tiendra compte de vos soumissions dans le cadre de son processus de consultation publique.
  • Votre soumission pourrait être rendue publique dans les rapports de l’examen. Cependant, vos renseignements personnels, comme votre nom et votre adresse, NE seront PAS publiés.

 


Le Conseil sur le vieillissement a commencé son travail en mars 2016, mais a cherché à savoir au début de son mandat ce que pensaient les groupes d’intervenants. Plus de soixante-dix (70) groupes d’intervenants ont été invités à donner leur point de vue sur les questions suivantes :

  • Ce qui, selon eux, fonctionne bien et ce qui ne fonctionne pas au Nouveau-Brunswick en ce qui a trait au vieillissement en santé;
  • La façon dont leur organisme contribue au vieillissement en santé et les obstacles à une plus grande contribution;
  • Leurs priorités à l’égard de l’amélioration de l’expérience du vieillissement au Nouveau-Brunswick.

Les groupes d’intervenants ont aussi été invités à assister à une séance interactive avec le Conseil sur le vieillissement, organisée le 25 avril dernier. Plus de 40 organismes intéressés différents ont assisté et participé à des exercices axés sur les solutions en vue d’aider le Conseil.

 

  

Ce qui fonctionne bien
  • Les gens du Nouveau-Brunswick ont un profond sentiment d’appartenance à la communauté, et forment un solide réseau de soignants naturels – membres de la famille, amis, voisins et collectivité – qui permet aux personnes âgées de demeurer en santé tout en restant chez elles.
  • Cela va bien du côté des soutiens, des soins cliniques et des services d’évaluation que les aînés reçoivent à domicile.
  • Grâce aux bénévoles qui fournissent des services communautaires, les aînés ont l’occasion d’apporter une contribution significative.
  • La stratégie D’abord chez soi permet de bien coordonner les services aux aînés.
 
Ce qui NE fonctionne PAS bien :
  • Les politiques sont élaborées sans tenir compte du rôle des familles et des collectivités.
  • Il n’y a aucune planification en vue du vieil âge ni du décès.
  • Il est difficile pour les familles de se retrouver dans les divers systèmes. La personne âgée a un dossier dans chaque système.
  • Il n’y a pas assez de soutiens ou de ressources pour les soignants professionnels et les soignants naturels.
  • Il est difficile de retenir les bénévoles et les soignants rémunérés.
  • Les familles sont dépassées par les besoins de leurs proches aînés.
  • Il est difficile d’obtenir des soutiens pour les soignants dans les régions rurales de la province.
  • La disponibilité des programmes pour les aînés varie dans la province.
  • On considère le vieillissement comme une maladie et non comme un stade de vie.
Priorités pour une stratégie sur le vieillissement :
  • Permettre aux aînés de vivre le plus longtemps possible chez eux.
  • Fournir des soins à domicile complets et individualisés.
  • Faire la promotion d’un mode de vie plus sain pour les aînés afin de prévenir les problèmes de santé plus tard.
  • Créer des collectivités amies des aînés qui permettent aux aînés d’apprendre et de participer à des activités axées sur le mieux-être.
  • Permettre aux Néo-Brunswickois d’assumer la responsabilité de leur santé à mesure qu’ils vieillissent.
  • Offrir des services économiques aux aînés.
  • Mettre l’accent sur la croissance économique et démographique afin d’encourager les enfants d’aînés à demeurer dans la province pour prendre soin de leurs parents âgés.