Fournir des services administratifs et de secrétariat au Conseil exécutif, au Comité des politiques et des priorités et aux ministres assumant la responsabilité de coordonner des politiques.

Examiner toute proposition visant à élaborer ou à modifier des politiques gouvernementales et coordonner la formulation de projets de politiques nouvelles. Examiner tout projet de loi ou de règlement pouvant influer sur les politiques gouvernementales Surveiller la réalisation des objectifs gouvernementaux.

Assurer la liaison avec le Cabinet de la lieutenante-gouverneure.

La Direction de l’égalité des femmes du Bureau du Conseil exécutif a été établie afin de promouvoir l’égalité entre les sexes et réduire la discrimination systémique, à fournir à la ministre responsable de l’Égalité des femmes de même qu’au gouvernement des conseils et un soutien sur des questions d’importance pour les femmes. Elle coordonne également la mise en œuvre des mesures et des initiatives gouvernementales ayant trait à la sécurité personnelle, économique et sociale des femmes.

Le Secrétariat des affaires autochtones a été créé en 1999 afin d’améliorer la capacité du gouvernement provincial à prêter une plus grande attention au nombre croissant de questions complexes touchant les affaires autochtones. En novembre 2003, un sous-ministre a été nommé exclusivement aux Affaires autochtones.

Les Affaires autochtones comprennent des questions complexes sur le plan social,économique et juridique. En plus des divers organismes autochtones, on trouve 15 collectivités des remières Nations au Nouveau-Brunswick, 6 collectivités malécites (ou Wolastoqiyik) le long de la rivière Saint Jean et 9 collectivités Mi’kmaqs sur les côtes est et nord de la province.

En raison de la nature très variée des questions autochtones, le Secrétariat fait affaires avec de nombreux intervenants, y compris divers ministères fédéraux et provinciaux, des collectivités des Premières Nations et des organismes autochtones. Le Secrétariat sert d'agent de liaison entre le gouvernement provincial et les Premières Nations. Le Secrétariat joue un rôle important au sein du gouvernement provincial pour s'occuper des questions relatives aux Autochtones. Le Secrétariat des affaires autochtones travaille en étroite collaboration avec tous les ministères provinciaux à des questions comme l’environnement, l’éducation, la santé, le logement, les services à l’enfance et à la famille, le sport et la culture, la gestion des ressources naturelles, le développement économique et le renforcement des liens avec les Autochtones.

Le Secrétariat assume la responsabilité des relations avec les Mi’kmaqs, les Malécites et les organismes autochtones afin d'assurer l'établissement à long terme de bonnes relations avec les dirigeants autochtones dans la province. De plus, le Secrétariat des affaires autochtones est chargé de l'éducation et de la sensibilisation du public aux questions autochtones et aux différences culturelles ainsi que de mieux faire connaître la culture autochtone au niveau provincial.

Le Secrétariat des Affaires Autochtones fournit au ministre responsable des Affaires Autochtones, ainsi qu’aux différents ministères, de l’information et des conseils sur la planification, l'élaboration de politiques, les communications, la coordination interministérielle et les relations intergouvernementales en ce qui a trait aux affaires autochtones. Il assure la liaison avec les communautés Mi’kmaq et Malécites ainsi qu’avec les organismes autochtones. Enfin, il voit à sensibiliser davantage la fonction publique et le grand public à la culture autochtone.

Le mandat du ministère des Affaires intergouvernementales est d'établir une approche stratégique et globale pour la gestion des rapports avec les autres gouvernements, collectivités et organisations, afin d'appuyer la vision du gouvernement pour le Nouveau-Brunswick.

- Coordonner et organiser les visites officielles au Nouveau-Brunswick de membres de la famille royale, de la gouverneure générale, de chefs d'État et de gouvernements, de membres des corps diplomatiques et consulaires, et de ministres de premier plan de gouvernements étrangers;
- Conseiller les ministères gouvernementaux, les organismes et le public sur des questions de protocole, la préséance, les titres de politesse et la planification d'événements, incluant des conseils sur les plans de table, la conception des invitations, l'ordre de présentation des orateurs et le protocole relativement aux drapeaux;
- Gérer tous les aspects du programme de l'Ordre du Nouveau-Brunswick;
- Conserver l'ordre de préséance pour la province du Nouveau-Brunswick. - Gérer tous les aspects du programme de l'Ordre du Nouveau-Brunswick;
- Conserver l'ordre de préséance pour la province du Nouveau-Brunswick.

-Coordonner une approche globale pour promouvoir et protéger les intérêts du Nouveau-Brunswick à l'intérieur de la fédération canadienne et aux États-Unis;
-Rechercher la collaboration régionale pour respecter les priorités sociales et économiques de la province;
-Tenter d'obtenir davantage d'investissements fédéraux au Nouveau-Brunswick;
-Maximiser les retombées socio-économiques pour la province en participant aux réunions du Conseil des premiers ministres des Maritimes, et à celles de la Conférence des gouverneurs de la Nouvelle-Angleterre et des premiers ministres de l'Est du Canada.

Ministère des Affaires intergouvernementales
Unité de l’engagement des citoyens


Mandat

1. Coordonner les initiatives d’engagement des citoyens au sein des ministères et organismes gouvernementaux.
2. Offrir des conseils et un soutien aux ministères et organismes gouvernementaux concernant les initiatives d’engagement des citoyens.
3. Fournir des renseignements sur l’encadrement, la formation et les pratiques exemplaires aux ministères et organismes gouvernementaux et élaborer des outils pour les intervenants.

Portée

L’Unité de l’engagement des citoyens assurera le respect de la vision du gouvernement selon laquelle, au Nouveau Brunswick, les gens ont davantage leur mot à dire dans les décisions qui les touchent. Un engagement significatif des citoyens peut prendre diverses formes : échange d’information; consultation pour obtenir les commentaires du public; travail collaboratif avec les citoyens pour débattre leurs idées et s’assurer que leurs préoccupations sont comprises et considérées; collaboration avec les citoyens en vue d’atteindre un consensus sur des solutions de rechange et de trouver des solutions souhaitables; et finalement, partenariat avec les citoyens dans les processus de prise de décisions permettant aux gens d’assumer la tâche de préparer leur avenir.

-Maximiser les occasions et minimiser les contraintes inhérentes aux relations commerciales pour tous les Néo-Brunswickois, en intervenant activement dans les domaines de la négociation et de la mise en oeuvre des accords commerciaux nationaux et internationaux, ainsi que dans le domaine du règlement des différends.

-Gérer les ententes de coopération et les accords conclus avec d'autres gouvernements au Canada et à l'étranger;
-Coordonner la participation du Nouveau-Brunswick au sein d'organisations internationales;
-Voir aux négociations et à la mise en oeuvre d'ententes fédérales-provinciales relatives aux langues officielles de manière à promouvoir et protéger les objectifs économiques, sociaux et culturels de la province.

-Coordonner et promouvoir les activités du gouvernement du Nouveau-Brunswick en Francophonie provinciale, canadienne et internationale;
-Préparer la stratégie, coordonner les activités et diriger la négociation des ententes avec le gouvernement du Canada dans le dossier des Langues officielles;
-Assurer la mise en oeuvre du programme de promotion des Langues officielles en ce qui a trait aux services offerts par la province.

- Favoriser la coordination interministérielle des activités internationales de la province en concentrant les efforts déployés sur les intérêts stratégiques de la province et sur l'établissement d'une présence plus importante et d'un meilleur succès au sein de la communauté internationale;
- Coordonner l'élaboration des mesures prioritaires indiquées dans la stratégie internationale de la province;
- Coordonner l'élaboration et la mise en oeuvre de plans d'action adaptés aux marchés ciblés;
- Élaborer des relations et des partenariats gouvernementaux, nationaux et internationaux ainsi qu'institutionnels tout en respectant les objectifs de la stratégie internationale.

Le Bureau du chef du service de l’information du Bureau du conseil exécutif (BCSI BCE) a été mis sur pied par le gouvernement du Nouveau-Brunswick (GNB) afin d’améliorer l’efficience et l’efficacité globales de la gestion de l’information (GI) et des technologies de l’information et des communications (TIC) de l’ensemble du gouvernement. Au moyen de la planification de solutions, de l’assurance de l’information, de la direction, de l’habilitation et de la confiance, les ressources de GI et des TIC du GNB doivent être normalisées, harmonisées et administrées efficacement tout en ayant un niveau de risque acceptable et en respectant les directives gouvernementales.

Le BCSI-BCE améliore la capacité de contrôler les coûts, tout en augmentant l’efficacité et les économies dans l’ensemble du gouvernement. La gouvernance stable de la GI et des TIC permettra de conserver les ressources (temps, coût, qualité). En redéployant ces ressources selon une approche pangouvernementale, le GNB est mieux en mesure d'assurer sa croissance et de transformer en fin de compte la façon dont il se sert les citoyens en utilisant la GI et les TIC de façon novatrice.

Autorité
Le mandat du BCSI-BCE lui est conféré directement par le Cabinet et le chef du service de l’information (CSI) relève directement du greffier du Conseil exécutif et secrétaire du Cabinet.

Rôle
Le cabinet confère au BCSI-BCE le mandat de gérer, de surveiller, de coordonner et d’approuver l’ensemble des ressources de la GI et des TIC de tous les organismes publics. D’ailleurs, le BCSI est chargé de conseiller le gouvernement sur les questions relatives à la GI et les TIC. Dans le cadre de ce rôle, le BCSI-BCE agit objectivement et indépendamment des organismes publics du gouvernement du Nouveau-Brunswick.

Mandat
Il y a deux sections du BCE-BCSI - Solutions de planification et Assurance d'Information. Au sein de ces sections mandat du BCE-BCSI comprend actuellement trois principaux domaines d'activité : Architecture d'entreprise, Gestion de portefeuille et Assurance de l'information.

Pour ce qui est de la surveillance des activités liées à l’assurance, le BCSI-BCE créera des mesures de rendement normalisées, procédera à des évaluations comparatives, appuiera les efforts concernant le tableau de bord équilibré, établira le profil de risque et les mesures de gestion de la conformité tout en prenant des décisions difficiles et en formulant des recommandations au moyen de diagnostics objectifs, de la préparation et de l’exécution.

Dans sa surveillance de l’architecture d’entreprise, le BCSI-BCE vise à s’assurer qu’elle demeure simple, rapide, stable et équitable (systémique et systématique), mettra au point et adoptera un langage commun de planification de solutions dans l’ensemble du gouvernement et veillera à ce que des architectures soient créées et que des normes soient établies. Il assurera également des services communs à l’ensemble du gouvernement dans la mesure possible et verra à ce que des solutions technologiques soient élaborées en fonctions de la souplesse et de la réutilisation de l’information.
Dans sa surveillance de la gestion de portefeuille, le BCSI-BCE fait tout son possible pour assurer l’élaboration d’analyses de rentabilisation solides et l’adoption d’approches fondées sur les pratiques optimales au sein de l’industrie, pour prioriser les investissements en matière de TI du GNB et pour veiller à l’établissement de structures de projet convenables tout en encourageant la pratique de l’analyse de scénarios lorsqu’approprié.