Gouvernement du Nouveau-Brunswick
2013006-1F

Plus de 70% des terres agricoles du Nouveau-Brunswick présentent des caractéristiques limitatives comme un sous-sol compacté et une mauvaise structure (45,5 %), une topographie escarpée (20,8 %) et un substrat rocheux peu profond (5,8 %). Il faut donc recourir aux méthodes de gestion appropriées pour parvenir à exploiter les capacités de production de cette terre. En plus des problèmes inhérents à la terre cultivable, l'érosion par l'eau constitue désormais la principale dégradation qui afflige la zone de production de pommes de terre située dans la vallée de la rivière Saint-Jean. Les principaux facteurs qui ont augmenté les risques de dégradation du sol sont les suivants :

  • La monoculture, c'est-à-dire l'absence de rotation culturale et l'utilisation minimale de plantes de couverture.
  • Le passage de machines lourdes sur le sol humide.
  • Une trop faible pierrosité.
  • Le travail du soi de haut en bas et de bas en haut sur un terrain en pente raide.
  • Le trop grand recours, à des moments inopportuns, de machines non appropriées pour le travail du sol.
  • L'application minimale de fumier et d'engrais verts.

Il faut donc chercher à réduire l'érosion et à conserver l'humidité du sol, tout en améliorant la capacité de production et la productivité des cultures en général. Les pratiques culturales de conservation offrent la possibilité d'obtenir ces résultats sans trop chambarder nos systèmes de production, La prévention d'une érosion excessive du sol exige une plus grande application de résidus de récolte à la surface du sol grâce aux pratiques culturales de conservation.

2013006-2

Pratiques culturales conventionnelles

On entend par pratiques culturales conventionnelles un programme complet de travail du sol qui se fait en deux étapes (primaire et secondaire) pour la préparation d'un lit de semence destiné à une culture et à une zone particulière. Le travail primaire est exécuté à l'automne (ou au printemps) au moyen d'une charrue à socs, et le travail secondaire a lieu au printemps et consiste à passer la charrue à disques (deux fois) ou à utiliser la charrue à disques et un vibroculteur, un instrument de préparation finale, un cultivateur rotatif, une herse avec dents à ressorts et une herse à dents rigides. Les buts et résultats du système sont les suivants :

  • Il retourne le sol pour former des sillons.
  • Il enterre les résidus de récolte, ce qui produit une décomposition lente et supprime l'effet de paillage à la surface du sol.
  • Il dénude le sol et l'expose à l'érosion par l'eau et par le vent.
  • Il peut compacter le sol sous le labour.
  • Il réduit au minimum l'effet de buttage.
  • Le coût à l'acre est élevé.
  • La puissance requise est de 15 ch par corps de labour.
  • Il est parfait pour le terrain gazonné,

Pratiques culturales de conservation

On entend par pratiques culturales de conservation le système qui permet de réduire le nombre de passages des machines dans le champ pour la préparation du soi et d'augmenter la couche de résidus en surface pour protéger le sol et réduire la perte d'humidité. Le système en question peut comprendre un seul passage des disques, l'utilisation de la herse chisel, le sous-solage, le buttage et l'absence de travail du sol. Cette dernière option n'est toutefois pas encore applicable au Nouveau-Brunswick.

Machines agricoles souvent utilisées dans les pratiques culturales de conservation

2013006-3

Sous-soleuse

Il s'agit d'un appareil muni d'étançons d'acier rigides qui ne retourne pas le sol et qui présente les caractéristiques suivantes:

  • Il faut l'utiliser avant le travail du soi en surface.
  • La sous-soleuse fracture les couches compactes à une profondeur de 40 cm (16 po) ou plus sous la surface du sol.
  • Elle permet une percolation de l'eau en profondeur.
  • Elle favorise la pénétration des racines en profondeur.
  • La puissance requise est de 30 ch par étançon.
  • Les résultats sont très bons lorsque des tuyaux de drainage sont installés.
  • Il faut passer la machine lorsque le sous-sol est sec.
    Carburant diesel nécessaire:
  • - 2J gal/acre pour les loams. (23,58 l/ha)
  • - 2,84 gal/acre pour les argiles (31,89 1/ha).
2013006-4f

Pulvériseur à disques déportés:

L'appareil se compose de grands disques concaves montés sur deux rangées à angles opposés les uns par rapport aux autres. Les disques tranchent et projettent le sol en direction opposée.

  • Il sert pour le travail du sol primaire.
  • Le sol est tranché jusqu'à une profondeur de 20 à 25 cm (8 à 10 po).
  • L'appareil permet une incorporation peu profonde des résidus pour une décomposition rapide.
  • Il favorise un bon effet de paillage en surface qui réduit l'érosion.
  • Le coût à l'acre est peu élevé.
  • La puissance nécessaire est de 12 à 14 ch par largeur de un pied.
    Carburant diesel nécessaire:
    - 0,95 gal/acre pour les loams (Il 0,67 1/ha)
    - 1,28 gal/acre pour les argiles (14,37 I/ha)
2013006-5f

Herse chisel :

Cet appareil se compose de nombreuses rangées de dents courbées et rigides qui sont groupées et décalées et qui sont munies d'amortisseurs à ressort ou de réenclenchement à ressort.

  • Elle est utilisée pour le travail du sol primaire.
  • Elle brise le sol jusqu'à une profondeur de 20 à 25 cm d'épaisseur (8 à 10 po).
  • Elle incorpore les résidus peu profondément et permet une décomposition rapide.
  • Elle favorise un bon effet de paillage en surface pour réduire l'érosion.
  • Le coût à l'acre n'est pas élevé.
  • Elle produit un bon effet de buttage.
  • Le compactage causé par la machine est faible.
  • Sa vitesse de passage est de 5 milles à l'heure ou plus.
  • La puissance requise est de 15 ch par dent.
    Carburant diesel nécessaire :
  • 1,25 gal/acre pour les loams (14,04 1/ha)
  • 1,69 gal/acre pour les argiles. (18,98 l/ha)
2013006-6f

Herse chisel avec disques

L'appareil est une herse chisel munie à l'avant d'une rangée de disques plats ou concaves qui tranchent les résidus et les végétaux en surface.

  • Elle sert pour le travail du sol primaire.
  • L'appareil brise le sol à une profondeur de 20 à 25 cm (8 à 10 po).
  • Les résidus sont enfouis peu profondément.
  • Elle favorise un bon effet de paillage en surface pour réduire l'érosion.
  • Elle produit un bon effet de buttage.
  • Le compactage est faible.
  • Le coût à l'acre n'est pas élevé.
  • La puissance requise est de 15 ch par dent,
  • Sa vitesse de passage est de 5 milles à l'heure ou plus. Carburant diesel nécessaire :
    - 1,30 gal/acre pour les loams (14,60 1/hq)
    - 1,70 gal/acre pour les argiles (19,09 1/ha)