Gouvernement du Nouveau-Brunswick

Le puceron de la pomme de terre est répandu dans le monde entier, et on le trouve dans toutes les zones productrices de pommes de terre au Canada. Il est aussi le puceron présent en plus grand nombre dans les champs de pommes de terre de l'est du Canada et le premier à se manifester dans la région de l'Atlantique, généralement en juin dans la plupart des zones. Il préfère s'attaquer aux feuilles situées entre le milieu et le haut du plant, où les formes ailées se fixent habituellement. Les grandes populations peuvent affaiblir la culture et diminuer le rendement.

Le puceron de la pomme de terre hiverne sur les rosacées comme le rosier brillant, le rosier des marais et le rosier rustique.

En été, le puceron de la pomme de terre s'installe sur diverses cultures légumières et d'autres plantes, et la pomme de terre est une de ses préférées.

Description

pic023

Le puceron de la pomme de terre adulte et aptère mesure de 1,7 à 3,6 mm de longueur, et il est le plus gros puceron qui s'attaque aux pommes de terre dans la région de l'Atlantique. Il a un corps allongé et cunéiforme dont la couleur varie de vert jaunâtre à rose. Elle est plus foncée vert le milieu du dos. Il porte sur la tête des tubercules proéminents qui sont dirigés vers l'extérieur. La tête et le thorax des adultes ailés sont brun jaune, brun vert ou brun foncé.

Le puceron de la pomme de terre est très nerveux et se laisse tomber sur le sol dès qu'on le dérange.

Cycle évolutif

Le puceron de la pomme de terre hiverne à l'état de femelle au stade de nymphe dans les endroits abrités comme les serres et au stade de l'oeuf sur les rosiers. Les oeufs éclosent à la période où les bourgeons commencent à gonfler au printemps. De deux à six générations de femelles sont produites sur la plante qui a servi d'hôte durant l'hiver et, pendant ce temps, les femelles ailées atteignent le stade adulte et vont s'installer sur diverses mauvaises herbes et sur les plants de pommes de terre. Les populations augmentent lorsque la température se situe entre 5 et 25 C; elles continuent d'augmenter en juillet, et des formes ailées apparaissent. Le nombre de pucerons présents sur les pommes de terre diminue entre le début et le milieu d'août, car les mâles et les femelles ailés commencent à intégrer leurs lieux d'hivernage.

Dommages aux cultures

Le flétrissement des plants et la présence de miellat sur les feuilles peuvent être l'indice d'une grande population de pucerons de la pomme de terre. L'insecte s'attaque principalement aux fleurs et aux pousses.

Le puceron transmet le virus Y de la pomme de terre sur le tabac, mais presque jamais sur la pomme de terre. On le considère aussi comme un mauvais vecteur du virus A de la pomme de terre et de l'enroulement de la pomme de terre.

Lutte antiparasitaire

Dépistage — On détermine l'importance de la population en dénombrant les pucerons sur les feuilles (voir le puceron vert du pêcher). Dans l'est du Canada, les mesures antiparasitaires ne sont pas nécessaires tant que les pucerons de la pomme de terre ne sont pas assez nombreux pour nuire au rendement, et le seuil d'intervention empirique est donc assez élevé. Au Nouveau-Brunswick, il correspond à 50 pucerons par trois feuilles composées par plant et à une infestation de 40 à 60 % des plants.

Lutte chimique — On applique un insecticide recommandé lorsque la population augmente beaucoup et rapidement. Toutefois, la lutte chimique contre le puceron de la pomme de terre est seulement nécessaire à l'occasion dans l'est du Canada.