Gouvernement du Nouveau-Brunswick
 

INTRODUCTION

Dans la culture de la fraise et de la framboise, la croissance et l'épanouissement des plants sont affectes par un certain nombre d'espèces de nematodes. Ces derniers appartiennent a une categorie de vers microscopiques cylindriques sans segment et se retrouvent, aux quatre coins du globe, dans l'eau, la terre, la matière organique en décomposition, les végétaux et les animaux. Les nématodes phytoparasitaires passent la majorité de leur existence dans les plantes hôtes et ont tendance a préférer les sois sableux ou sablo-argileux.

Les cycles évolutifs de tous les nematodes sont semblables. Partant de l'oeuf, ils passent par une série de stages larvaires et de mues avant d'atteindre l'état adulte, quand ils atteindent une longueur moyenne de 0,4 a 0,8 mm. Certaines espèces passent la totalite de leur vie a l'intérieur des plantes, alors que d'autres se nourrissent après avoir perce la surface des racines. Les nematodes s'alimentent a l'aide d'un stylet avec lequel ils percent les cellules et en sucent le contenu. Leur taille est tellement petite qu'ils sont impossibles a voir sans instrument de laboratoire, même en grand nombre. Dans les cas d'infestations graves, on peut en compter des milliers par gramme de racine seche.

 

 

NÉMATODES S'ATTAQUANT AUX FRAISIERS ET FRAMBOISIERS

Voici les espèces de nematodes que l'on retrouve dans la culture de la fraise et de la framboise au Nouveau-Brunswick: nematodes des racines, cecidogene (à galles), dague, a lancette, acuminé, rabougri, annele et torsade. Le nombre de nematodes releves dans un échantillon de sol permet d'établir s'il faut procéder à un traitement avant la plantation. Le seuil de tolérance varie selon le type de nematode; dans le cas des nematodes des racines', 500 par kilogramme de terre seche justifient un traitement préalable qui favorisera la saine croissance des plants. Quant aux nématodes acuminés, cecidogenes et à lancette, les seuils sont établis a 5,000, 500 et 200 respectivement, bien que le traitement contre les nematodes a lancette ne soit habituellement envisage que si l'on retrouve des nematodes dagues dans le même champ. Les nematodes torsadés, rabougris et anneles sont souvent déceles dans les échantillons de sol des fraisieres et framboisières; on ignore toutefois l'incidence qu'ils peuvent avoir sur la production.

Les nématodes qui s'attaquent aux radicelles (Figure 1) provoquent une dégradation générale de la croissance des racines et affaiblissent les plants. Les blessures causées par l'activité trophique de ces parasites permettent également l'infiltration de champignons de pourriture racinaire. La présence de nematodes en grand nombre, notamment les nématodes des racines, est parfois liée aux maladies de la racine dans certaines plantations. Certains nematodes, faisant partie des groupes dague et torsade, transmettent des maladies virales; toutefois, ces maladies ne posent pas de probleme dans la province.

 

4005507-1

FIG.1: Nématode des racines (Pratylenchus sp.) dans une section de racine d'un fraisier (grossi approx. 100X)
- notez le tissu mort à droite.

 

DIAGNOSTIC

Les symptômes provoques par l'activité des nematodes sont semblables dans de nombreuses cultures. Les fonctions radiculaires sont diminuées, ce qui entraîne une faible croissance (Figure 2), une production moindre, des symptômes de carence et l'atrophie du systeme racinaire souvent attaque par la pourriture. Les nematodes cécidogenes empêchent les racines de se developper; elles atteignent environ 2 mm de diamètre et sont visibles à l'oeil nu. Les nematodes radicicoles laissent de petites «éraflures» rouges de 1,5 a 3 mm de longueur sur les racines principales de jeunes plants ou sur les nouvelles racines du collet de plants âgés. Il est nécessaire de faire analyser des échantillons de sol pour confirmer la présence de ces parasites et déterminer si leur nombre nécessite un traitement.

4005507-2

FIG.2: La croissance d'un fraisier que les nématodes des racines ont infesté (à gauche) comparer à un fraisier sain (à droite).

 

ÉCHANTILLONNAGE DU SOL AUX FINS DANALYSE

Au mois d'août, prélevez des échantillons de sol contenant quelques racines actives avec une bêche étroite ou une sonde. Prélevez les échantillons à une profondeur de 5 a 30 cm, de préférence a proximite des racines des plants. Recueillez 50 échantillons par hectare et mélangez-les vigoureusement dans un contenant propre. Ensuite, mettez environ un litre de cette terre dans un sac de plastique étanche, pour eviter qu'elle seche, et conservez les échantillons a une température de 10 a 15 OC. Envoyez sans délai les échantillons à un laboratoire aux fins d'analyse, sans oublier d'y apposer une étiquette d'identification portant le nom de la région, le type de la culture présente et de la Au mois d'aoÛt, prélevez des échantillons de sol contenant quelques racines actives avec une bêche étroite ou une sonde. Prélevez les échantillons à une profondeur de 5 a 30 cm, de préférence a proximite des racines des plants. Recueillez 50 échantillons par hectare et mélangez-les vigoureusement dans un contenant propre. Ensuite, mettez environ un litre de cette terre dans un sac de plastique étanche, pour eviter qu'elle seche, et conservez les échantillons a une température de 10 a 15 OC. Envoyez sans délai les échantillons à un laboratoire aux fins d'analyse, sans oublier d'y apposer une étiquette d'identification portant le nom de la région, le type de la culture présente et de la prochaine. Nous faisons actuellement effectuer les analyses par des laboratoires specialises de l'extérieur de la province, mais les bureaux regionaux peuvent vous aider à y acheminer vos échantillons.

 

 

PROTECTION

Les nematodes s'installent habituellement dans une foule de plantes hôtes et se limitent rarement a une seule espèce de plantes. Certains de ces parasites qui infestent les fraisiers et les framboisiers, comme le nématode des racines, s'attaquent aux mauvaises herbes, aux céréales, aux arbres et aux cultures légumières. C'est pourquoi la rotation des cultures ne permet pas de réduire adéquatement le nombre de nématodes. La rotation entre les cultures fruitière et céréalière peut éliminer suffisamment de nematodes cecidogènes, car ils ne se développent pas dans les céréales. De bonnes mesures de lutte contre les mauvaises herbes permettent également d'éliminer les parasites qui se nourrissent de ces plantes.

Les traitements appliques pendant la culture ne sont pas pratiques et, par conséquent, l'évaluation du problème des nematodes et le traitement, au besoin, doivent avoir lieu avant la plantation. Les nematodes phytoparasitaires peuvent provenir des plants de pépinière, autre raison de se procurer des plants certifies. Dans les provinces de l'Atlantique, la production de plants certifiés oblige les pepiniéristes a recourir a la fumigation pour combattre les nematodes.

La fumigation précédant la plantation constitue une méthode efficace de lutte contre les nematodes. Toutefois, pour des raisons économiques et environ nementales, elle ne devrait être effectuée que dans les champs verifiés, où le nombre de nematodes dépasse les seuils établis au plan économique. Il est préférable de fumiger un champ au cours de l'automne précédant l'année de plantation. Il y a lieu de labourer le champ plusieurs fois a une profondeur de 25 cm au cours des semaines précédant la fumigation pour garantir que tout le materiel végétal est decomposé. Dans un champ ayant servi à la culture de fraises ou de framboises, la seule façon de s'assurer qu'il ne reste aucun materiel végétal non décompose consiste à mettre le champ en jachère et d'y passer la herse ou la charrue à disques plusieurs fois pendant la periode de jachère. Pour commencer, la herse peut servir à ratisser les collets, tiges et racines jusqu'au bord du champ.

La fumigation devrait être reportée jusqu'à l'automne, soit a la fin de septembre ou au début d'octobre. Elle peut etre effectuée plus tôt, mais il faut s'assurer de bien rendre la terre plus étanche. Le sol doit être humide en profondeur au moins une semaine avant la fumigation, soit de 50 a 80 % de sa capacite de retention d'eau. (il doit être possible de former une motte de terre qui se brise au contact. Si la motte ne se brise pas, la terre est trop humide; si la terre ne s'agglomère pas, elle est trop seche.) Ne pas furniger un sol sec. Le sol devrait etre biné de sorte qu'il n'y reste aucune motte de terre ou de racines. Le gaz forme lors de l'injection du fumigant ne penétrera pas les mottes ou le materiel végétal non décompose.

Assurez-vous que le fumigateur est calibre et que toutes les dents diffusent le fumigant. La hauteur des dents devrait être réglée de sorte que le fumigant traite toute la terre de la couche arable. On evite ainsi de mettre de la terre non fumigée dans le soi traite avec la charrue a disques ou la herse. La plupart du temps, les dents devraient être réglées a 20 cm les unes des autres et a 15 ou 20 cm de profondeur. Apres l'application du fumigant, niveler le champ pour éliminer les sillons, car le fumigant risque de s'en échapper. Passez ensuite le rouleau pour compacter et impermeabiliser le sol et, au besoin, arrosez le champ pour imperméabiliser la terre et eviter l'évaporation du fumigant. Arrosez le soi pour humecter la terre jusqu'à une profondeur de 1 à 1,5 cm. Le champ doit rester intouché jusqu'au printemps.

Si possible, retournez le baril vide au marchand; sinon percez le baril de fumigant vide pour qu'il ne soit pas réutilise et pour permettre au reste du fumigant de s'évaporer. Un baril ainsi traite peut être jeter a la décharge sanitaire une semaine plus tard.

Labourez le champ plusieurs fois, a une semaine d'intervalle, avant la plantation afin de permettre l'aération complète du sol. Ne labourez pas a une profondeur dépassant celle de la fumigation. Ne mettez pas les plants en terre tant que l'odeur du fumigant subsiste. Si vous n'avez fumigé qu'une partie du champ, faites en sorte que de la terre non traitée ne soit pas mélangée à la terre fumigée.

Les fumigants habituellement vendus dans la province contiennent du dichloropropène et des hydrocarbures connexes. En outre, certains produits peuvent contenir de la chloropicrine et des isothiocyanates de methyle. Tous ces produits donnent d'excellents résultats, même si vous observez les doses minimales recommandées. Appliqués dans des proportions supérieures, les fumigants servent a combattre les maladies et les mauvaises herbes. Les différentes doses de fumigation sont établies en fonction de la nature du problème et du type de sol à traiter (un sol lourd requiert un taux plus élevé de fumigant). Demandez a votre marchand les proportions a utiliser pour régler votre problème. Il vous aidera aussi a prendre les dispositions nécessaires pour réserver le fumigateur. LES FUMIGANTS SONT DES PESTICIDES DANGEREUX. LISEZ ET OBSERVEZ TOUTES LES DIRECTIVES DE SECURITE.

line

REMERCIMENTS

Les auteurs désirent remercier Dr. John Potter, Nématologiste de la station de recherce d'Agriculture-Canada à Vineland, Ontario pour ses contributions de photos, son ouverage technique et de révision.

Pour plus d'information sur les nématodes, voyez:
1. Tremblay, R. and J. Baker. "Nematodes in New Brunswick Strawberry Fields", Adaptive Research Reports. NBDA. 1990. Vol 12 32. 2. Tremblay, R. and C.Hollis. "Nematodes in Now Brunswick Strawberry Fields", Adaptive Research Reports. NBDA. 1991. Vol 13.

line

1 Nématodes des racines(Pratylenchus spp.); cécidogène(Meloidogyne hapla); dague(Xiphinema spp.); à lancette(Longidorus spp.); acuminé(Paratylenchus projectus); rabougri(Tylenchorynchus spp.); annelé(Criconemoides spp.); torsadé(Helicotylenchus spp.)