Gouvernement du Nouveau-Brunswick
  1. Question : Un gros point noir apparaît sur le dessous de mes tomates lorsqu'elles sont presque mûres. Pourquoi?

    Réponse : POURRITURE APICALE DE LA TOMATE ET COEUR NOIR DU CÉLERI
    La pourriture apicale de la tomate et du poivron et le coeur noir du céleri sont des affections physiologiques causées par une carence en calcium dans le sol ou par un apport d'eau irrégulier durant la saison de croissance. Ces affections ne sont pas causées par un organisme pathogène.

    Le symptôme de la pourriture apicale est une tache circulaire brunâtre ou noire qui a l'aspect du cuir et qui se développe à la base du bourgeon et du fruit. Des organismes pathogènes secondaires peuvent pénétrer dans le fruit par le tissu endommagé et causer encore plus de dégâts.

    Le coeur noir du céleri se manifeste dans le tissu le plus jeune du plant de céleri (le coeur). Le tissu infecté au centre du coeur dépérit et noircit, tandis que le tissu externe plus âgé reste vert. Les organismes pathogènes secondaires peuvent causer encore plus de dégâts.

    Les avaries se développent graduellement et ne sont généralement visibles que vers la fin de la saison, lorsque le fruit est presque mûr. Les tissus sont endommagés par une alternance de temps sec et de temps humide, qui empêche la plante d'assimiler une dose régulière ou suffisante de calcium, ou lorsque le calcium est difficilement assimilable à cause d'une trop forte dose d'engrais. Les périodes de croissance rapide sont également favorables à l'apparition de nouveaux problèmes. Puisque le calcium est nécessaire à la formation du tissu et du constituant membranaire des fruits, le tissu qui n'en reçoit pas suffisamment se développe mal.

    Pour éviter la pourriture apicale, fournir au sol une quantité suffisante de calcium (par l'épandage de chaux) et maintenir un taux d'humidité constant durant toute la saison de croissance. Il est généralement établi que 2,5 cm d'eau par semaine favorise une bonne croissance. Le paillage du sol contribue aussi à maintenir un bon taux d'humidité. Pour éviter le coeur noir du céleri, il peut s'avérer nécessaire de faire régulièrement des applications foliaires de nitrate de calcium ou de chlorure de calcium pendant toute la saison de végétation.

     

    Mes navets et autres légume
  2. Question : s ont une texture boisée dans le coeur et l'intérieur de mes navets est souvent brun ou creux. Pourquoi?

    Réponse : CARENCE EN BORE
    Le bore est un oligo-élément nécessaire au bon développement de certaines cultures légumières, et une carence en bore peut compromettre sérieusement leur croissance.

    Les principaux problèmes causés par une insuffisance de bore sont le coeur brun du navet et du rutabaga, la tige creuse et la décoloration de la tige du brocoli, le brunissement de l'inflorescence du chou-fleur et la tache noire des betteraves. Parmi ces cultures, le navet, le rutabaga et les betteraves sont les plus gravement affectés par une carence en bore.

    On peut vérifier la présence du coeur brun dans les navets et les rutabagas en ouvrant un de ces légumes dont la peau présente des taches aqueuses et des taches fermes. Le tissu peut finalement brunir et devenir mou et creux. Les plantes-racines atteintes ne se conservent pas bien.

    Pour éviter une carence en bore, on doit faire des applications de bore soluble (Solubor ou Borax). Des précautions s'imposent durant l'application, car de nombreuses cultures sont sensibles au bore. Voir les tableaux 10 et 11 pour connaître la sensibilité des cultures et leur niveau de tolérance. Une dérive durant l'application peut brûler les feuilles des cultures sensibles et ralentir leur croissance. Les résidus de bore laissés dans le sol peuvent aussi nuire aux plantes sensibles l'année suivante.

    Pour les cultures qui ont un grand besoin de bore, la dose générale pour le Solubor (20 % de bore) serait de 20 grammes mélangés à environ 10 litres d'eau pour 30 mètres de rang. La dose nécessaire de Borax (10 % de bore) serait le double, soit 40 grammes par 30 mètres de rang. L'application peut être faite sur le rang avant le semis, ou par arrosage abondant sur le rang cinq semaines après le semis. On peut aussi faire une application fractionnée par arrosages abondants quatre semaines et six semaines après le semis, afin d'éviter les problèmes de toxicité

     

  3. Question : Mes plantes de tomates et de pommes de terre, avant de perdre leurs feuilles au milieu de l'été, ont des points bruns ou noirs sur celles-ci. Pourquoi?

    Réponse : BRÛLURE ALTERNARIENNE
    La brûlure alternarienne est une maladie qui frappe chaque année les tomates et les pommes de terre des potagers de la région de l'Atlantique.

    Elle peut apparaître dans le potager à n'importe quel moment, mais elle se manifeste généralement vers la mi-août lorsque les parties aériennes commencent à mûrir. Cette maladie foliaire est causée par le champignon Alternaria solani; elle provoque d'abord des lésions sur les vieilles feuilles et tiges, sous forme de petites taches circulaires ou ovales dont la couleur varie du brun au noir et qui prennent graduellement de l'ampleur. Des cercles concentriques peuvent souvent être observés dans les lésions agrandies. La maladie est plus destructrice pendant les périodes de temps chaud et humide, et la défoliation peut constituer un problème. Les dégâts sur le fruit de la tomate prennent la forme de grandes zones déprimées, particulièrement à l'extrémité du calice et aux endroits où la peau se fissure durant la croissance.

    Le champignon hiverne sur les débris végétaux malades, et la destruction complète de ces débris atténue les problèmes. Les plants sains et vigoureux sont moins sensibles à la brûlure alternarienne, et il est recommandé de maintenir une croissance uniforme en fournissant l'eau et les engrais en quantité suffisante. De plus, l'infection est moins risquée lorsque les plants sont bien espacés et que la circulation de l'air est bonne.

    MILDIOU DE LA POMME DE TERRE
    Le mildiou est une grave maladie des pommes de terre et des tomates dans la région de l'Atlantique. Il est causé par le champignon Phytophtora infestans qui hiverne sur les tubercules infectés, et il cause plus de dégâts durant les périodes de temps humide en juillet, août et septembre.

    Le symptôme se manifeste d'abord comme des plaques aqueuses noir brunâtre sur les feuilles. Lorsque les conditions sont favorables au développement de la maladie, elle se propage rapidement dans tout le feuillage et cause une défoliation complète. Les symptômes foliaires sont présents sur les pommes de terre et sur les tomates.

    Le mildiou ne réduit pas beaucoup le développement ou le rendement des variétés de pommes de terre hâtives, car les tubercules se rendent à maturité avant la défoliation. Pour les variétés tardives, des applications de fongicides peuvent être nécessaires pour empêcher une défoliation complète et éviter la contamination des cultures commerciales des champs avoisinants.

    Les tomates infectées portent des plaques grasses et rugueuses de couleur brun verdâtre. Lorsqu'on les entre à l'intérieur pour les faire mûrir, elles restent fermes mais brunissent et prennent un aspect caoutchouteux.

    Pour diminuer les risques de mildiou, on se procure d'abord des pommes de terre de semence saines. Planter seulement des semences certifiées afin de ne pas introduire la maladie dans le potager, et ne pas utiliser de semences qui restent de la saison précédente. On ne risque pas d'introduire la maladie avec des semences de tomate ou des tissus de plants de tomate de serre.

    Les mesures préventives consistent à produire des variétés hâtives et à maintenir une croissance vigoureuse pendant toute la saison de végétation. Arroser les cultures en début de journée et laisser suffisamment d'espace entre les plants pour assurer une bonne circulation de l'air. Les bonnes pratiques d'assainissement (élimination des tubercules) préviennent l'hivernage des organismes pathogènes dans le potager. Lorsque la maladie est présente dans la culture de pommes de terre, on évite d'infecter les tubercules en prenant les précautions nécessaires durant la récolte. Une mesure recommandée à cet égard est d'éliminer toutes les fanes du potager et d'attendre deux semaines avant la récolte; ce délai est suffisant pour détruire les spores qui se trouvent à la surface du sol et qui pourraient infecter les tubercules à la récolte. Les tubercules atteints pourrissent dans l'entrepôt ou constituent une source d'infection pour la culture de l'année suivante.

     

  4. Question : Mes choux sont souvents fanés pendant des périodes de canicule et, lorsque je les arrache, les racines sont immenses. Pourquoi?

    Réponse : HERNIE
    La hernie est une grave maladie terricole qui frappe tous les choux ainsi que le navet et le rutabaga. Elle est causée par plusieurs souches du champignon terricole Plasmodiophora brassicae. Cet organisme fongique peut demeurer dans le sol en l'absence d'une plante hôte pendant un certain nombre d'années, et il est impossible de le faire disparaître des champs infectés. Il est propagé avec les tissus de sol infectés et avec le matériel ou les outils déplacés d'un endroit à l'autre.

    Les symptômes de la hernie sont de petits ou gros renflements claviformes sur les racines qui altèrent la translocation de l'eau et des éléments nutritifs provenant de la zone racinaire. Les plantes prennent une teinte bleuâtre et subissent un arrêt de croissance. Lorsque l'infestation est grave, tout le système racinaire est déformé et le feuillage jaunit et flétrit par temps chaud et ensoleillé.

    L'infestation est plus importante dans les sols acides, et on peut la réduire en maintenant le pH du sol aussi près de 7 que possible avec des épandages de chaux. Lorsque le pH est inférieur à 7, il est tout de même possible de maîtriser la maladie en appliquant de fortes concentrations de calcium et de magnésium. Pour ralentir la prolifération de la hernie, on pratique une rotation culturale avec des cruciféracées tous les 4 à 7 ans. Plusieurs mauvaises herbes communes sont également sensibles à cette maladie, et elles contribuent à préserver l'organisme pathogène dans le sol. Il importe donc de pratiquer un bon désherbage dans le potager. Les mauvaises herbes sensibles sont notamment la moutarde commune, le radis sauvage, la bourse-à-pasteur, le vélar fausse giroflée et la barbarée vulgaire. Ne pas inclure de tissu infecté par la hernie dans le tas de compost.

     

  5. Question : Mes semis pourrissent souvent juste après leur sortie du lit de semence. Pourquoi?

    Réponse : FONTE DES SEMIS
    La fonte des semis est une maladie terricole qui touche les plantules et qui est causée par les champignons Rhizoctonia, Pythium et Phytophtora. Le problème se manifeste dans les serres et dans les châssis froids, et il peut aussi être attribuable à l'utilisation de sol de jardin non stérilisé ou de caissettes ou d'outils non stérilisés pour la production de plantules. Le champignon s'attaque à la plantule avant la levée et la fait mourir, mais il peut aussi exercer son action à la surface du sol après la levée. Les dégâts prennent la forme de zones déprimées sur la tige au niveau du sol. Les plantules tombent généralement sur le sol et meurent, et celles qui résistent à une première attaque portent une cicatrice. Les plants atteints ne poussent pas bien et doivent être éliminés.

    Le sol humide favorise l'apparition de la maladie, et il faut donc arroser peu et seulement au besoin. Le semis ne doit pas être dense, et on recouvre les graines avec un peu de terre. Éclaircir les semis denses après la levée, assurer une bonne circulation de l'air, et fertiliser les plants repiqués pour favoriser leur croissance. La maladie cause plus de ravages en début de saison lorsque le temps est frais et humide.

    Une mesure de prévention consiste à utiliser des mélanges stérilisés vendus dans les centres de jardinage. Il faut stériliser d'abord la terre du jardin que l'on veut utiliser dans le mélange: déposer de minces couches de terre dans un contenant métallique peu profond et le placer au four pendant une heure à 82EC. On stérilise les contenants de semis avec une solution composée d'un volume d'eau de Javel à 6 % et de neuf volumes d'eau. Rincer les contenants après le traitement. Il se vend des liquides protecteurs dans le commerce, et on peut les appliquer abondamment sur le sol après le semis ou après la levée.

    ANTHRACNOSE
    L'anthracnose est causée par le champignon Colletotrichum et frappe un certain nombre de cultures. Les principales cultures atteintes dans le potager sont les haricots et les tomates.

    Les symptômes de la maladie sur les haricots sont des lésions déprimées sur les cosses et les tiges. Par temps humide, les lésions se recouvrent de petites pustules de couleur rose saumon.

    Sur les tomates, il se forme des taches circulaires déprimées qui s'agrandissent à mesure que la maladie progresse et qui gâtent généralement le fruit.

    Les spores des champignons hivernent dans le sol sur les semences et sur les débris végétaux infectés, et l'anthracnose se manifeste davantage par temps frais et très humide. Elle peut être propagée par le vent, la pluie, les animaux et les humains, de même que par les instruments aratoires. Pour diminuer les risques, il faut bien espacer les plants pour améliorer la circulation de l'air et s'abstenir de manipuler les cultures lorsque le feuillage est humide.

    De nombreuses cultures légumières sont touchées par des organismes fongiques qui causent la pourriture sclérotique et la moisissure grise.

    POURRITURE SCLÉROTIQUE ET MOISISSURE GRISE
    La pourriture sclérotique est due au champignon Sclerotinia et peut frapper la plupart des plantes légumières, mais surtout les haricots, la laitue pommée, les choux et les carottes.

    Sur les haricots atteints de la maladie, il se forme d'abord des taches molles et aqueuses sur les cosses, les tiges ou les feuilles, et les dégâts sont très considérables par temps humide. Le tissu infecté se recouvre d'une formation duveteuse à mesure que la maladie progresse. Il se développe de petites boules noires et dure sur la formation, et elles constituent une source d'infection pour la culture de l'année suivante.

    Les laitues pommées et les choux atteints présentent une zone aqueuse sur la tige près du sol. À mesure que la maladie progresse vers le haut, les feuilles flétrissent, meurent et tombent. La pomme remplie d'eau devient visqueuse. La formation duveteuse blanche se développe par temps humide, suivie par les boules noires et dures qui résistent à l'hiver.

    Les carottes entreposées sont principalement atteintes par la pourriture sclérotique, mais le feuillage est également endommagé durant la saison de croissance. Le pédoncule est attaqué à la base, et il brunit et meurt. Le tissu infecté devient mou et aqueux et il se détériore. La maladie peut se propager rapidement dans les autres carottes, et elle cause plus de dégâts lorsque la température de l'entrepôt est supérieure à 0°C.

    La moisissure grise est causée par le champignon Botrytis et frappe également un certain nombre de cultures légumières, mais surtout les haricots, les oignons et les tomates.

    Les symptômes de la moisissure grise sur les haricots sont les mêmes que ceux de la pourriture sclérotique, sauf la formation brun gris qui se développe sur les tissus infectés.

    Deux affections de l'oignon, soit la brûlure des feuilles et la pourriture du col, sont causées par le champignon Botrytis. Les symptômes de la brûlure des feuilles durant la saison de croissance sont de petites taches blanches sur le feuillage. À mesure que la maladie progresse, les feuilles brunissent à partir de la pointe et meurent. Par temps humide favorable à la maladie, le feuillage peut dépérir en moins d'une semaine. La pourriture du col se manifeste dans l'entrepôt: les oignons peuvent sembler intacts à la récolte, mais une fois entreposés, le col du bulbe ratatine et le tissu devient mou et brunâtre. Une moisissure grise et poudreuse se forme dans le tissu, et il peut apparaître des boules noires et dures en forme de pois. En général, d'autres organismes pénètrent dans l'oignon et causent une pourriture très molle.

    La moisissure grise des tomates est aussi causée par le champignon Botrytis, mais elle n'endommage pas beaucoup le fruit. On la reconnaît à la présence de petits cercles ou points blanchâtres à la surface des tomates. Les cercles sont causés par les organismes pathogènes lorsqu'ils pénètrent dans le tissu superficiel du fruit, mais ils sont détruits par les températures élevées.

    Les maladies causées par les champignons Sclerotinia et Botrytis sont plus dommageables lorsque l'humidité est grande, et on peut donc en réduire la gravité avec des méthodes culturales. Un bon espacement entre les rangs et entre les plants permet au feuillage de sécher rapidement. On n'applique pas trop d'engrais azoté pour ne pas favoriser une végétation luxuriante. Rester à l'écart du potager lorsque le feuillage est humide, et éviter les longues aspersions. Arroser sur le sol dans la mesure du possible. Éliminer les plants ou les parties végétales infectés dès qu'on les détecte, mais ne pas les incorporer au tas de compost. Éliminer les débris végétaux à l'automne pour prévenir l'hivernage du champignon, et appliquer la rotation culturale. Une récolte faite avec précaution permet de réduire les meurtrissures et de diminuer les pertes. Nettoyer les carottes le plus possible; ne conserver que les carottes intactes et les entreposer dans de bonnes conditions.

    BLANC
    Le blanc est une maladie cryptogamique qui frappe plusieurs cultures légumières, mais les plantes potagères les plus sensibles sont le concombre, la courge, la citrouille, le melon et les pois. La partie supérieure des feuilles atteintes par cette maladie foliaire se recouvre d'un feutrage blanc d'aspect farineux, et elles flétrissent, changent de couleur, deviennent fragiles, sèchent et meurent.

    Les champignons pathogènes peuvent hiverner dans les débris végétaux ou être introduits dans le potager par le vent durant la saison de végétation. Ils peuvent se manifester lorsque le temps est humide et chaud ou frais, mais ils sont plus communs et dommageables par temps chaud et sec. Une fois implantée dans un endroit, la maladie se propage rapidement dans les plantes saines.

    Pour diminuer les risques de blanc, on élimine les débris végétaux après la récolte. Bien espacer les rangs et les plants pour favoriser une bonne circulation de l'air. Un bon désherbage régulier permet de réduire les mauvaises herbes sensibles au blanc. Utiliser des variétés résistantes dans la mesure du possible.